Le Prix Nobel de la Paix, Dr Denis Mukwege, des ambassadeurs et les Chefs d'agences PNUD, UNFPA et BCNUDH lors de la visite

Sept ambassadeurs des USA, Canada, France, Allemagne, Suède, Grande Bretagne, Union Européenne et le Docteur Denis Mukwege ont visité le Centre Intégré Multisectoriel (CISM) de Ndjili pour se rendre compte de la prise en charge holistique des survivantes des violences basées sur le genre de la partie ouest de la ville de Kinshasa.                                              

 

Le CISM Ndjili est opérationnel au sein de l’hôpital général de référence de N’Djili depuis le mois d’avril 2019 avec l’appui du Programme JAD financé par le Canada. Le Centre assure une prise en charge médicale, psychosociale, juridique et judiciaire, ainsi que la réinsertion socioéconomique des survivant-e-s de viol et autres types de violences basées sur le genre.

 

Grace aux sensibilisations organisées au sein des communautés par les acteurs de la Prévention, les survivant-e-s sont orientés au CISM de l’Hôpital de Ndjili pour les soins médicaux gratuits et une prise en charge psychosociale. Au terme de cette prise en charge, les survivant-e-s sont soutenu-e-s dans la dénonciation et la poursuite des présumés auteurs en justice pour lutte contre l’impunité et la récidive de ces crimes. Ce processus est assuré par la Clinique juridique NDJF installée au sein du CISM HGR Ndjili en collaboration avec le Barreau de Ndjili.

 

En collaboration avec l’ONG Umoja Développement Durable, cette structure organise la réinsertion socio-économique des survivantes et survivants dont les mineures et ceux en âge de rescolarisation sont réinsérés dans le système scolaire normal.

 

En matière de prise en charge des survivant-e-s des VBG, le CISM offre les avantages considérables, notamment : le rapprochement de services de prise en charge des bénéficiaires, une prise en charge holistique gratuite de qualité, la confidentialité et la non-stigmatisation des survivant-e-s, la réduction du taux de déperdition dans la chaine de référencement et contre référencement entre les volets de prise en charge, 

 

Depuis son ouverture le CISM Ndjili a déjà reçu 350 cas de VBG dont 23,4 % des cas de viol pris en charge dans les 72 heures. 198 survivant-e-s ont bénéficié d’un accompagnement juridique et judiciaire et 111 survivant-e-s ont été appuyés pour leur réinsertion socioéconomique.

 

Le Prix Nobel , Docteur Denis Mukwege, a félicité les agents qui travaillent dans ce centre, pour leur professionnalisme et a émis le vœu de voir se renforcer l’échange d’expériences. Selon lui « Dans la lutte contre le VBG, notre système de One Stop Center est une force pour la prise en charge des victimes dans un seul endroit. Il faut arriver à l’institutionnaliser. Nous devons être fiers comme Congolais de ce que nous faisons et l’exporter ailleurs »

 

La visite des Chefs de mission diplomatiques et du Docteur Mukwege a pour objectif de palper du doigt le fonctionnement de ce centre afin d’associer leur voix pour le plaidoyer commun pour la lutte contre les Violences basées sur le genre et le soutien aux survivantes. Le Dr Mukwege en visite à Kinshasa pendant la même période et porteur d’une longue expérience dans le domaine de la prise en charge des survivantes se joint à eux, pour ses avis sur le modèle, les défis et réflexions sur les possibilités de synergies et collaboration avec le CISM que la Fondation Panzi compte ouvrir à Kinshasa dans les prochains mois.

 

Le CISM Ndjili fait partie d’un ensemble de 10 centres installés en République Démocratique du Congo dans le cadre des Programme Conjoint Tupinge Ubakaji et JAD « Justice, Autonomisation et Dignité des Femmes et des Filles en République Démocratique du Congo»

Le Programme conjoint JAD est financé par le gouvernement Canadien à hauteur de 18 millions de dollars Canadiens et exécuté par le PNUD, l’UNFPA et le BCNUDH, sous la tutelle gouvernementale du Ministère du Genre, Enfant et Famille en collaboration avec les ministères de la justice, de la santé, de l’éducation et des affaires sociales, le Programme couvre les provinces du Kasaï Central et Kinshasa (pour une durée de 5 ans) et celles de l’Est (Sud Kivu, Nord Kivu et Ituri) pour une durée de 3 ans (2018-2020).

Son objectif principal est de contribuer à la réduction des Violences Basées sur le Genre (VBG) à travers l’adoption d’attitudes et de normes socioculturelles respectant l’égalité des sexes, le renforcement du pouvoir et de la résilience des survivant(e)s à travers une prise en charge holistique et le renforcement de la coordination au niveau national dans une perspective d’appropriation nationale .

 

Clarisse Museme

 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Congo (République démocratique du) 
Aller à PNUD Global