Grâce à l'appui du PNUD, des femmes du Kasaï central, survivantes des violences ont été formées et ont mis en place une unité de transformation de jus d'ananas pour subvenir à leurs besoin

Le Bureau Terrain du Programme des Nations Unies pour le Développement officiellement ouvert à Kananga dans le Kasaï Central ! La cérémonie de remise officielle de cette nouvelle bâtisse s’est déroulée le 10 septembre par le Gouverneur de province en présence du Représentant Spécial adjoint du Secrétaire général a.i, Coordonnateur humanitaire, des Représentant Résidents du PNUD et de l’UNFPA, le Chef de la Coopération Canadienne, le Directeur de la Gouvernance de DFID, en mission dans cette partie du pays ainsi que les membres du Gouvernement provincial et les délégués de la Société civile.

Pour le n°1 de la province Martin Kabuya Mulamba, « cette œuvre du PNUD répond de manière pragmatique au plaidoyer du Gouvernement du Kasaï central à la solidarité internationale par des actes concrets sur terrain ». Et d’ajouter « l’humanitaire doit céder la place au relèvement communautaire et au développement durable ainsi avec l’installation du bureau PNUD à Kananga, l’espoir renaît. C’est le développement approché au plus près de la population ».

L’inauguration du bureau du PNUD/Kananga a coïncidé avec la remise par le Représentant Spécial adjoint du Secrétaire général ai, David McLachlan-karr d'une ambulance médicalisée, des équipements et meubles de bureau ainsi que d'un lot important des médicaments. Ce don du PNUD et de l'UNFPA vient renforcer les ministères techniques du Gouvernement provincial.

La délégation venue de Kinshasa a eu des entretiens fructueux avec le Gouverneur de la province qui affirme son engagement à s’approprier tous les projets et programmes de développement mis en œuvre par le PNUD et l’UNFPA dans sa province. Martin Kabuya Mulamba se dit prêt à soutenir le plaidoyer à tous les niveaux pour mobiliser des ressources pour la mise en œuvre du Plan de développement provincial.

La région du Grand Kasaï est l’une des plus pauvre de la RDC, malgré la richesse et le potentiel des ressources naturelles (agriculture, foresterie, élevage et minerais). La région est aussi caractérisée par des pesanteurs culturelles et traditionnelles, particulièrement sur des questions de pouvoir traditionnel ou coutumier ; des aspects de genre ; de mariage des enfants, etc.

C’est pour parer à cette situation que le PNUD avait ouvert un bureau projet au début de l’année 2018 et a commencé avec deux projets : « Fonds Supplémentaires Japonais », FSJ/SCORE et plus tard renforcé par les projets PAJURR (Paix, Justice, Réconciliation et Reconstruction » le Programme JAD « Lutte contre les VBG : Justice, Autonomisation et Dignité des Femmes et des Filles en RDC ».

Les activités des projets portent ses fruits

A Kananga les Représentants Résidents du PNUD Dominic Sam, de l’UNFPA Sennen Hounton, Daniel Gagnon, Chef de Coopération Canadienne et Wilfran Mwamba Directeur de la Gouvernance de DFID ont palpé du doigt la prise en charge holistique des victimes des Violences Sexuelles basées sur le genre à travers le Programme conjoint dénommé « Lutte contre les VBG : Justice, Autonomisation et Dignité des Femmes et des Filles en RDC », en sigle JAD. Grâce au financement canadien de 18 millions de dollars américains, les survivantes ont bénéficié d'un accompagnement médical, psychosocial, juridique et la réinsertion socioéconomique et scolaire.

Bon nombre d'entre elles font la couture, l'agriculture, la savonnerie, les petits commerces pour subvenir à leurs besoins dans le cadre de ce programme exécuté par le PNUD, le BCNUDH, l’UNFPA sous la tutelle du Ministère du Genre, Enfant et Famille.

Comme résultats clés : 1 Centre Intégré de Service Multisectoriel mis en place avec 4 guichets opérationnels :  Médical, Psychosocial, Juridique et Réinsertion socioéconomique et scolaire; 317 survivantes des VBG ont bénéficié d’un accompagnement et d’une assistance juridique et judiciaire de qualité; 120 dossiers portés en justice ont fait l'objet de décision judiciaire (condamnation, acquittement, classement sans suite, etc). En ce qui concerne la réinsertion socioéconomique et scolaire, au total 248 Bénéficiaires appuyées à Kananga et Tshimbulu ; 11 Mutuelles de solidarités ont été créées dont 6 à Kananga et 5 à Tshimbulu ; 4 Groupements d’Intérêts économique sont mis en place.

La délégation a également visité les activités du « Programme de Stabilisation Communautaire et Résilience des Femmes et des Jeunes au Kasaï Central » financé par le PNUD et le projet « Réponse rapide pour la stabilisation sociale et la protection des vulnérables au sein des communautés affectées par les conflits" financé par le Fonds supplémentaires Japonais à hauteur de deux millions de dollars américains.

Différentes filières d’activités sont développées par l’ONG « Terra Renaissance » en faveur des bénéficiaires allant de la savonnerie à la coupe-couture en passant par la transformation du jus d’ananas. 1200 vulnérables dont 598 Femmes et 280 victimes des VSBG dans le territoire de Kazumba et la Commune de la Nganza ont bénéficié de cet appui. Pour tous les bénéficiaires de des projets et programmes mis en œuvre au Kasaï central, l’appui reçu leur permet de se reconstruire après des conditions difficiles. Ils apprécient à sa juste titre les interventions du PNUD, de l’UNFPA et d’autres agences des Nations Unies présentes dans leur province.

Clarisse Museme

 

 

Des bénéficaires de la réinsertion socioéconomique ont mis en place une savonnerie qui alimente la ville de Kananga
Icon of SDG 05 Icon of SDG 10

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Congo (République démocratique du) 
Aller à PNUD Global