Message du Secrétaire Général à l'occasion de la Journée de l'Afrique

25 mai 2016

Le secrétaire Général des Nations unies, Ban Ki-moon

Cette année, la Journée de l’Afrique est célébrée comme suite au thème retenu par l’Union africaine pour 2016, qu’elle a proclamée « Année africaine des droits de l’homme, avec un accent particulier sur les droits de la femme ».

Ce thème traduit la volonté des dirigeants africains de placer les femmes – en tant que principaux moteurs et catalyseurs du développement – au cœur de tous les efforts déployés pour mettre en œuvre le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et l’Agenda 2063 de l’Union africaine.

Ces deux cadres ont en commun les mêmes principes stratégiques, qui mettent l’accent sur les populations, la prospérité, la viabilité environnementale, la justice, les droits de l’homme et les partenariats mutuellement responsables.

L’alignement entre les programmes mondial et continental exige une approche harmonisée en matière de planification, d’exécution et de suivi.

Dans le cadre de l’Agenda 2063, l’Afrique a notamment pour priorités d’investir dans son peuple, en mettant l’accent sur les femmes et les jeunes; de développer ses secteurs manufacturier et agro-industriel; de renforcer ses infrastructures de transport, d’adduction de l’eau, d’assainissement, d’énergie et des technologies de l’information et des communications; de mobiliser les ressources nationales et de juguler les flux financiers illicites; de mettre fin aux conflits; de promouvoir les droits de l’homme, et d’étendre la gouvernance démocratique.

L’Afrique a également la possibilité de poursuivre son industrialisation d’une manière écologiquement plus viable, notamment en se livrant à une agriculture climatiquement rationnelle, en promouvant les énergies renouvelables et en freinant la déforestation.

J’encourage les pays d’Afrique et leurs partenaires à n’épargner aucun effort pour promouvoir ces priorités. L’ONU est déterminée à les appuyer dans cette tâche.

Les perspectives économiques de l’Afrique sont bonnes, malgré les incertitudes qui pèsent sur le paysage économique mondial. Le taux de croissance devrait se situer à 4,4 % en 2016, contre 3,7 % en 2015.

J’exhorte les dirigeants africains à tirer parti de ces résultats pour endiguer l’augmentation des inégalités sociales et économiques et pour veiller à ce que nul Africain ne soit laissé pour compte.

C’est là une condition sine qua non si l’on veut s’attaquer aux causes profondes des conflits, du terrorisme et de l’extrémisme violent et promouvoir la paix et la stabilité.

Je salue également l’initiative audacieuse de l’Afrique intitulée « Faire taire les armes à l’horizon 2020 », qui est un des projets phares du premier Plan d’exécution décennal de l’Agenda 2063.

Pour réussir la mise en œuvre de ces nouvelles priorités, il faudra un partenariat renouvelé pour la coopération au service du développement entre les gouvernements africains, les organismes des Nations Unies, la Commission de l’Union africaine, l’Agence du Nouveau Partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD), les communautés économiques régionales et les partenaires de développement.

Le secteur privé a également un rôle clef à jouer dans la création d’emplois, la promotion de l’innovation dans les technologies et les services, et le soutien à la transformation radicale des infrastructures requise pour atteindre les objectifs de développement durable de l’Afrique.

En cette Journée de l’Afrique, j’exhorte toutes les parties prenantes à se rallier à l’idée porteuse de transformation qui inspire les objectifs de développement durable et l’Agenda 2063. En effet, ce qui est bénéfique pour l’Afrique est bénéfique pour le monde entier.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Congo (République démocratique du) 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe