Discours de Priya Gajraj à la remise du Prix Equateur

18 mai 2016

Priya Gajraj, Directeur Pays du PNUD/RDC

- Excellence Monsieur le Ministre de l'Environnement, Conservation de la Nature et Développement Durable;

- Excellences Mesdames et Messieurs les Ministres ;

- Mesdames et Messieurs les Députés ;

- Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Chefs de Missions Diplomatiques;

- Mesdames et Messieurs les représentants des Peuples Autochtones ;

- Mesdames et Messieurs les représentants de la société civile ;

- Distingués invités.

C’est un honneur d’être parmi vous à l’occasion de la tenue de cette importante cérémonie de remise du Prix Equateur 2015.

Cette récompense internationale a distingué vingt lauréats sélectionnés parmi les structures associatives des peuples et communautés autochtones de 145 pays en développement. Parmi les heureux candidats primés figure l’organisation congolaise Dynamique des Groupes des Peuples Autochtones (DGPA).

Les efforts de réduction de la pauvreté, de protection de la nature et de résilience face aux changements climatiques de cette organisation ont été particulièrement salués.

Excellences Mesdames et Messieurs les Ministres, Distingué(e)s invité(e)s

L'Initiative Equateur, est un partenariat entre les Nations Unies, les gouvernements, la société́ civile, le secteur privé et les organisations communautaires. Elle promeut des solutions locales de développement durable pour la population et la nature.

Le Prix Equateur bénéficie de l'appui de prestigieux parrains: les anciens chefs d'Etat Gro Harlem Brundtland de la Norvège et d’Oscar Arias du Costa Rica, des Prix Nobel Al Gore et Elinor Ostrom, des leaders d'opinion Jane Goodall et Jeffrey Sachs, de célèbres représentants des peuples autochtones comme Vicky Tauli-Corpuz, ainsi que de célébrités comme Edward Norton et Gisèle Bündchen.

En 2015 l’Initiative Équateur a lancé une campagne internationale visant à identifier des actions locales de réduction de la pauvreté́, de protection de la biodiversité́ et de lutte contre le changement climatique.

Il s’agissait de récompenser les peuples autochtones et les communautés qui oeuvrent d’une part à la gestion durable des forêts, à la promotion de l'agriculture durable et à la sécurité alimentaire.

Et d’autre part à l'adaptation aux changements climatiques, à la protection du droit à la terre, des territoires et des ressources naturelles communautaires ainsi qu'à la création de partenariats pour le développement durable.

Pour accompagner cette action, le PNUD a lancé un signal clair en soutenant la participation de représentations des peuples autochtones et des communautés locales à la dernière Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP21).

L’objectif était de transmettre le message que le droit aux ressources naturelles, l’autonomisation des peuples autochtones et les partenariats innovants entre communautés, gouvernements et secteur privé doivent constituer les piliers de tout accord-cadre sur le climat.

En termes de reconnaissance des droits des peuples autochtones le chemin est en effet encore long: à titre d’exemple, selon une étude publiée en octobre 2015 par l’ONG Rights and Ressources Initiative (RRI), moins de 3 % des terres gérées par des peuples autochtones ou des communautés locales en Afrique sont assorties de titres de propriétés contre 10 % à l’échelle mondiale...

Conscient des enjeux, le PNUD soutient les Peuples autochtones en République démocratique du Congo depuis de nombreuses années.

Notre institution a notamment appuyé plusieurs projets s’inscrivant dans la Dynamique des Peuples Autochtones dans la province de l’Equateur. Tel que l’appui à la planification de conservation de la biodiversité de l’écosystème forestier de Wamba.

Ce projet porte sur la gestion durable de près de 200 ha de forêt et s’inscrit dans le cadre du Programme des micro-subventions (GEF / FEM)

Excellences Mesdames et Messieurs les Ministres, 

Distingué(e)s invité(e)s

Le PNUD félicite chaleureusement la plateforme Dynamique des Groupes des Peuples Autochtones qui a apporté une contribution d’envergure à la promotion des droits des peuples autochtones de la RDC pour les terres, territoires et ressources naturelles.

Nous saluons également l’apport de cette organisation à l’initiative REDD+ de Réduction des Emissions dues à la Déforestation et à la Dégradation des Forêts en RDC.

La remise du Prix Equateur à la DGPA à Kinshasa intervient peu de temps après la signature d’un accord important entre l’Initiative pour la forêt de l’Afrique centrale (CAFI) et le Ministère des Finances de la République démocratique du Congo.

Ceux-ci ont signé ce 22 avril 2016 une lettre d’intention pour un montant de 200 millions de dollars sous financement de la Norvège en vue de remédier à la déforestation et à la dégradation de la forêt dans le pays et de promouvoir le développement durable.

L’administratrice du PNUD, Helen Clark, a déclaré le 22 avril en marge de la signature officielle à New York de l’accord de Paris sur le Climat: « Si nous voulons protéger les forêts, nous devons protéger les droits des peuples indigènes et des communautés forestières qui gèrent ces espaces depuis des générations »

Dans cette perspective, le PNUD s’engage à appuyer les efforts des peuples autochtones dans l’amélioration de leurs conditions de vie et la protection des ressources naturelles.

Notre institution vise 2 objectifs généraux à travers cet engagement :

1. Favoriser un environnement d’inclusion qui encourage la participation des peuples autochtones à tous les niveaux de prise de décisions; assure la coexistence de leurs systèmes économique, culturel et sociopolitique avec d’autres systèmes; et qui développe la capacité des gouvernements de mettre en place des politiques et programmes plus inclusifs;

2. Intégrer les perspectives et concepts de développement propres aux peuples autochtones dans les activités du PNUD.

Chers invités,

C’est ici le lieu d’encourager vivement les autres organisations locales et des peuples autochtones de la RDC à exceller dans l’innovation pour pouvoir remporter de telles reconnaissances internationales.

Soucieux de défendre des approches originales se démarquant de la conception habituelle du développement, le PNUD s’emploie à construire des partenariats plus étroits avec la société́ civile et les organisations autochtones.

Il ne peut y avoir de changement social sans solutions cohérentes, innovantes et satisfaisantes.

Je vous remercie

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Congo (République démocratique du) 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe