Discours de Priya Gajraj à l'ouverture du Comité de pilotage du Programme "Tupinge Ubakaji"

11 févr. 2016

Priya Gajraj, Directeur Pays du PNUD prononce son discours à côté de la Ministre Nationale de la Femme , Famille et Enfant Lucie Kipele Aki Azwa

 

Excellence Madame le Ministre de la Femme, Famille et Enfant,

Excellence Monsieur le Gouverneur de la province du Sud-Kivu,

Excellence Monsieur le Commissaire spécial de la province de l’Ituri,

Excellence Monsieur le Ministre de la Justice et Droits humains, ici représenté

Excellences Mesdames et Messieurs les Ministres provinciaux du Nord-Kivu, Sud-Kivu, de Kinshasa et de Bandundu,

Excellence Madame l’Ambassadeur du Canada,

Mesdames et Messieurs les Chefs d’Agences du Système des Nations Unies,

Chers invités,

Nous sommes heureux d’être parmi vous à l’occasion du troisième Comité de Pilotage dans le cadre du « Programme de lutte contre l’impunité, d’appui aux victimes des violences sexuelles et basées sur le genre et d’autonomisation des femmes à l’Est de la République démocratique du Congo ».

Ce comité de pilotage constitue un moment important dans la vie du programme. C’est l’occasion pour nous de passer en revue les résultats obtenus, en mettant l’accent sur les réponses apportées aux victimes des violences sexuelles, mais également en termes de prévention.

A ce jour, le programme a permis de réaliser les résultats suivants :

• 594 cas de victimes de violences sexuelles et basées sur le genre ont été référés en justice par les cliniques juridiques et les bureaux de consultations gratuites. 242 ont abouti à une décision judiciaire ;

• 5 stratégies provinciales et une stratégie nationale de changement de comportement assortie d’un plan opérationnel ont été élaborés avec l’appui des leaders des administrations publiques et traditionnelles et les membres des secteurs universitaires et scolaires.

Le document de stratégie nationale permettra ainsi d'offrir un cadre opérationnel général partant des données des provinces analysées, susceptible d'être contextualisé au niveau des autres provinces non ciblées par le programme conjoint.

• 3 048 survivants de violences sexuelles et basées sur le Genre ont été pris en charge sur le plan médical et psychosocial ;

• 1004 personnes dont 702 victimes de violences sexuelles et basées sur le genre ont bénéficié du paquet de réinsertion socio-économique, facilitant leur autonomisation et réinsertion au sein des communautés.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Sur la base de ces résultats, je voudrais partager avec vous un message clé aujourd’hui : Nous devons ensemble maintenir l’ambition de ce Programme Conjoint qui est de s’attaquer aux causes profondes de la forte prévalence de violences sexuelles basées sur le genre.

Pour y parvenir, des innovations majeures sont prévues cette année à travers la mise en place de « ONE STOP CENTER » dans les provinces du Nord et Sud-Kivu en phase pilote.

Ce dispositif permettra d’avoir tous les services de prise en charge au même endroit, afin de permettre aux victimes d’avoir un suivi et un accès facile aux services. Il se conjuguera avec une stratégie de communication novatrice pour le changement de comportement qui permettra de mettre l’accent sur la prévention.

Nous allons aussi renforcer nos efforts cette année sur la prévention par la vulgarisation des stratégies opérationnelles de communication pour le changement de comportement, notamment en langues nationales. Nous nous félicitons le Ministère du Genre qui a inscrit une présentation de cette stratégie nationale au prochain Forum national des Ministres du Genre.

De plus, les différentes missions de terrain ont révélé un taux important de filles mineures victimes de violences sexuelles souvent suivies de grossesse, avec un besoin spécifique en matière de re-scolarisation et de prise en charge du nouveau-né. Le programme a commencé à prendre en charge des filles mineures par l’acquisition de kits scolaires, l’achat d’uniformes et le paiement des frais scolaires.

Pour pérenniser ce dispositif, nous sollicitons l’appui du gouvernement, particulièrement du Ministère en charge de l’Éducation tant au niveau national que provincial, pour soutenir la gratuité de la scolarité pour les filles victimes de violences sexuelles, et faire bénéficier à toutes les filles et garçons une éducation à la santé de la reproduction de qualité qui tienne compte de l’équité du genre et des droits humains.

Il est essentiel de ne jamais perdre de vue les attentes légitimes des victimes tant sur le plan de la réparation des préjudices subis, de la restauration de leur intégrité physique et morale que de leur réinsertion économique et sociale. Il est aussi capital de travailler sur les mentalités en faveur d’une prévention durable des violences sexuelles qui sont fondamentalement enracinées dans les traditions et les mœurs.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Le programme «Tupinge Ubakaji», se distingue par son approche holistique dans ses interventions, mais également par l’implication très active du gouvernement à travers ses Ministères nationaux, provinciaux et ses services techniques. Il est placé sous la tutelle conjointe du Ministère de la Femme, Famille et Enfant et du Ministère de la Justice et Droits humains. Le Gouvernement Canadien doit aussi être salué pour son soutien constant à la lutte contre les violences sexuelles et basées sur le genre en RDC et en la confiance placée en nous pour accompagner le gouvernement dans cette lutte.

Nous devons aussi souligner l’engagement collectif des agences des Nations Unies ici représentés pour assurer une mise en œuvre intégrée des activités. La mise en place d’un dispositif aussi complet impliquant divers acteurs tant sur le plan national qu’international constitue une grande opportunité pour agir plus efficacement et tous ensemble.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

En conclusion, nous devons saisir cette opportunité pour des actions efficaces qui permettront de renverser définitivement la prévalence des violences sexuelles basées sur le genre. Nous devons réaffirmer notre engagement commun et notre détermination aux côtés du gouvernement à œuvrer pour l’éradication des violences sexuelles.

Je vous remercie.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Congo (République démocratique du) 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe