Discours du PNUD lors de la cérémonie de destruction des ALPC

25 janv. 2016

-Monsieur le Commissaire spécial de l’Ituri ;

-Monsieur le Secrétaire Permanent de la Commission nationale de contrôle des armes légères et de petit calibre et de la réduction de la violence armée, ici représenté ;

-Monsieur le Commandant de la 32ème Région militaire des Forces armées de la République démocratique du Congo ;

-Monsieur le Commissaire provincial de la Police Nationale Congolaise ;

-Monsieur le Chef de Bureau de la MONUSCO/Bunia;

-Mesdames et Messieurs les délégués des ONG membres du Réseau pour la réforme du secteur de sécurité; -Distingués invités, en vos titres et qualité ;

-Chers membres de la société civile de l'Ituri ; -Mesdames et Messieurs ;

Je suis honoré de prendre la parole à l’occasion de la présente cérémonie qui marque le début de l’activité de destruction des armes légères et de petit calibre collectées dans le cadre des opérations de Désarmement volontaire des civils en Ituri.

Cette cérémonie marque aussi la clôture officielle du Projet-pilote de sécurité communautaire, financé, depuis 2008, principalement par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) pour la Prévention des crises et le Relèvement communautaire.

Tout d’abord, je voudrais saluer Monsieur le Commissaire Spécial qui nous reçoit dans la nouvelle province de l’Ituri. Je saisis cette occasion pour lui présenter mes vives félicitations pour sa nomination. Je suis convaincu qu’il saura prendre la mesure des défis qui l’attendent dans la consolidation de la paix et le renforcement de l’autorité de l’État en Ituri.

Je voudrais également remercier le Gouvernement de la RDC qui, à travers les Ministères de l'Intérieur et Sécurité et de la Défense nationale, a mobilisé la Commission nationale de contrôle des Armes Légères et de Petit Calibre et de la réduction de la violence armée, CNC-ALPC en sigle, afin de suivre la mise en œuvre de ce projet-pilote. Cela démontre clairement l’implication des autorités nationales et leur volonté de s’approprier pleinement les résultats dudit projet.

Sous le leadership de la CNC-ALPC, ce projet a été mené avec de nombreux partenaires. Les autorités civiles, policières et militaires de Bunia, la MONUSCO, l’Allemagne, l’Australie et le Réseau des ONG pour la réforme du secteur de sécurité, ont travaillé ensemble pour pour combattre la prolifération illicite des Armes légères et de petit calibre et réduire la violence armée, particulièrement dans la province de l'Ituri.

Mesdames et Messieurs, Distingués invités,

Depuis plus de dix ans, la province de l'Ituri est le théâtre de conflits armés dont certains, à caractère ethnique, ont impliqué l'utilisation de milliers d'armes par des groupes armés et par des civils. Le recours à ces armes a provoqué des violations graves des droits de l’Homme telles que des meurtres, assassinats, violences sexuelles basées sur le Genre, instrumentalisation d’enfants, pillages, exploitation illicite de ressources naturelles, détérioration d'écosystèmes et atteinte au développement des populations de l’Itruri.

Toutes ces violations ont plongé la province dans une insécurité chronique et ont contribué à fragiliser l'unité nationale dans la partie orientale de la RDC. C’est ainsi que sous la conduite de la CNC-ALPC, avec l’appui financier de la France et l’appui technique du Groupe de Recherche et d’Information sur la paix et la sécurité, ainsi que celui du « Bonn International for Converse Center », une étude sur la sécurité communautaire a été initiée en 2008 dans cinq communautés pilotes en Ituri, à savoir Bunia/Sukisa, Kasenyi, Mahagi, Fataki et Nizi.

Les résultats de l’étude ont permis la formulation du projet-pilote de sécurité communautaire en Ituri qui s’articulait autour de trois axes d’intervention :

· La cohésion sociale et la coexistence pacifique; · La restauration de la sécurité physique et légale ;

· Les moyens de subsistance et la relance économique.

En outre, dans la perspective de fournir une réponse cohérente aux problématiques de cohésion sociale et de restauration de la sécurité physique, une autre étude réalisée entre 2009 et 2010 a révélé que près de 300.000 Armes légères et de petit calibre aux mains des populations civiles circulaient dans l'Ituri, les nord et sud Kivus, le Maniema et le Tanganiyka.

C’est dans ce cadre que le Ministre de l’Intérieur et Sécurité avait lancé, le 12 mars 2014, ici à Bunia, la campagne de désarmement communautaire sur les quatre sites de Bunia, Fataki, Libi et Mahagi. Cette campagne, menée durant 4 mois, a permis notamment,  la mise en place de mécanismes de sensibilisation des populations avec 85 sensibilisateurs formés dont 6 femmes, la collecte et la traçabilité des ALPC, ainsi que la gestion modernisée des stocks d’ALPC.

Au total, 23.594 ALPC ont été collectées sur 4 sites auprès de 650 remettants dont 6 femmes. Cela représente 774 armes à feu pesant 568 kg et 22 820 munitions pesant 10 tonnes.

Mesdames et Messieurs, Distingués invités,

Aujourd’hui, sur ce site de Rwampara, et sous la supervision de la CNC-ALPC, les experts des FARDC, avec l’appui technique du Service de l’action anti-mines des Nations Unies, en sigle UNMAS, nous allons procéder à la destruction de 142 armes sur 774 collectées et de plus de 22.000 munitions.

Ainsi, la RDC va-t-elle, concrètement répondre à ses obligations internationales mais aussi prévenir le risque potentiel de déflagration lié aux conditions de conservation des ALPC.

C’est pourquoi, je voudrais partager avec vous un message : Le nombre de 23.594 armes et munitions collectées et 10 fois supérieures à ce qui était prévu initialement. Ce résultat impressionnant est dû à la bonne coordination avec les acteurs étatiques, au haut degré d’implication des acteurs de la société civile, à l’adhésion des populations civiles aux opérations du désarmement civil et volontaire, ainsi qu’à l’intérêt porté aux kits de compensation, dont la qualité a, par ailleurs, encouragé les remettants.

Mais il faut poursuivre cet engagement et agir de même dans d’autres provinces meurtries Cette expérience a doté les acteurs étatiques et non-étatiques de l’Ituri de compétences supplémentaires pour mieux accomplir leur mission de sécurisation des populations civiles.

Les leçons tirées renforceront la pérennisation des actions initiées par les partenaires à travers ce projet, en vue d’aider la CNC-ALPC, composée d’hommes et de femmes pleinement conscients de leurs responsabilités et de leur engagement envers les populations et leur pays, à poursuivre son mandat dans la réduction de la violence armée avec pour objectifs principaux la restauration de la coexistence communautaire et de l'autorité de l'État.

Mesdames et Messieurs, Distingués invités,

Je voudrais conclure mon propos en affirmant la disponibilité du PNUD à soutenir les efforts déployés en faveur de la consolidation de la Paix et la restauration de l’autorité de l’État.

Tout en réitérant mes félicitations au Gouvernement et aux autorités provinciales, j’en appelle à la responsabilité des autorités nationales et provinciales afin de doter la CNC-ALPC de moyens suffisants en vue de lui permettre de poursuivre pleinement son mandat.

C’est avec ces efforts, qu’ensemble nous pourrons contribuer au développement humain durable de la République Démocratique du Congo.

Je vous remercie.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Congo (République démocratique du) 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe