Discours Dr. Mamadou Diallo Représentant Résident du PNUD

16 déc. 2015

 

Excellence Monsieur le Premier Ministre ;

- Honorables Députés et Sénateurs ;

- Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement ;

- Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Chefs de Mission de Coopération et d’organisations internationales ;

- Mesdames et Messieurs les représentants du secteur privé et des organisations de la société civile ; - Mesdames et Messieurs les représentants du monde académique ;

- Distingués invités, en vos titres et qualités ;

Je suis très heureux d’être parmi vous à l’occasion du lancement du Rapport mondial sur le Développement Humain (RDH) 2015 sur le thème : Le travail au service du développement humain .

Je voudrais remercier son Excellence Monsieur le Premier Ministre d’avoir accepté de parrainer le lancement de ce Rapport mondial 2015 au niveau national. Ceci démontre, une fois encore, que le travail, l’emploi et le développement humain durable sont au cœur des priorités du Gouvernement.

Excellences, Distingués invités,

Le thème de ce Rapport est particulièrement opportun au moment où les pays s’engagent dans les « Objectifs de développement durable ».

En efet, d’ici à 2030, nous voulons gagner le pari du développement humain durable en ne laissant personne au bord de la route. Le travail est un pilier du développement humain durable. Mais il devient un enfer s’il y a discrimination et violences au travail, traite des êtres humains et des enfants ou encore, si le travail n’est pas rémunéré à sa juste valeur.

L’exploitation par le travail bafoue les droits de l’Homme, altère la dignité humaine, confisque la liberté de la personne, détruit son potentiel, sa créativité et son esprit.

Les violences au travail sont un fléau mondial et doivent être éradiquées: -168 millions d’enfants travaillent et près de la moitié font un travail dangereux ;

-21 millions de personnes sont en situation de travail forcé dont, 14 millions de victimes d’exploitation économique et 4,5 millions d’exploitation sexuelle ;

-Les salaires sont en deçà de la productivité, et la part de revenus versée aux travailleurs ne cesse de baisser. Au travail, les femmes n’occupent pas la place qu’elles méritent :

-Le salaire des femmes est inférieur de 24% à celui des hommes ;

-Seulement 25% des postes d’administration et de direction des entreprises sont occupés par des femmes ;

-32% des entreprises n’ont pas de femmes cadres supérieurs. Excellences, Distingués invités, La relation entre le travail et le développement humain n’est pas automatique.

La qualité du travail, les conditions de travail, la protection sociale, la valeur sociétale du travail sont des éléments à prendre absolument en compte. Il faut aussi beaucoup mieux mettre en valeur le potentiel humain.

Or, les chiffres du chômage sont alarmants:

-204 millions de personnes sont sans travail dont 74 millions de jeunes ;

-800 millions de personnes sont des travailleurs pauvres ;

-Plus d’un milliard et demi ont un emploi précaire, manquant généralement de condition de travail décent, d’un droit de parole adéquat et de sécurité sociale.

En RDC, la question du travail en général et en particulier celui des jeunes et des femmes, continue de se poser avec acuité. La RDC est classée parmi les pays qui ont le taux de chômage le plus élevé, et aussi le taux de sous-emploi global, le plus élevé, particulièrement chez les jeunes.

Les conditions de travail sont pénibles pour la grande majorité bien que l’absence de statistiques ne permette pas de relever des évidences. En conséquence, il faut réfléchir aux voies et moyens pour renforcer le développement humain par le travail.

Excellences, Distingués invités,

Le Rapport que nous lançons ce jour, donne des pistes d’actions. En m’y référant, j’aimerais partager avec vous deux messages clés : Mon premier message est le suivant : Le travail et l’emploi ne sont pas simplement des dérivés automatiques de la croissance économique.

Il faut donc initier des stratégies nationales qui renforcent le développement humain PAR le travail autour des trois grands axes suivants : -Premièrement, créer de nouveaux débouchés pour élargir le choix de travail ;

-Deuxièmement, garantir le bien-être des travailleurs pour renforcer le lien positif entre le travail et le développement humain ;

-Troisièmement, mener des actions ciblées pour remédier aux difficultés de groupes spécifiques comme les jeunes, les femmes, les minorités, les handicapés, les populations autochtones et celles vivant sur les sites d’exploitation des ressources naturelles.

Le Gouvernement a déjà pris des initiatives en ce sens comme l’élaboration du Plan National Stratégique de Développement 2017-2021 (PNSD) sur le travail et l’emploi. Il faut poursuivre ces efforts.

Mon second message relance l’appel à la communauté nationale et internationale pour créer un Calendrier National de Production Statistique (CNPS) en RDC. Car gouverner sans statistiques viables et actualisées, c’est comme piloter un avion sans tableau de bord.

Les résultats relativement bons du développement humain de la RDC sont, en partie, la conséquence directe des récents efforts de redynamisation du Système Statistique National voulue par le Gouvernement à travers la compilation et l’actualisation des données statistiques disponibles.

Les futurs progrès en matière de développement humain de la RDC dépendront, notamment, de la capacité du pays à rendre compte des progrès réalisés au moyen de statistiques fiables, régulières, disponibles et accessibles.

Le Calendrier national de production statistique (CNPS) servira alors de cadre national de référence pour la planification des opérations statistiques afin de nourrir, dans les délais requis, les bases de données internationales utilisées pour la confection de l’Indice de Développement Humain (IDH) et d’autres indicateurs internationaux de performance des pays.

Je vous remercie.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Congo (République démocratique du) 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe