Discours de Priya Gajraj à l'atelier sur le renforcement des capacités des parlementaires francophones

18 nov. 2015

-Honorable Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale et Président de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie,

-Monsieur l’Ambassadeur de la République de France,

-Monsieur l’Ambassadeur de la République d’Allemagne,

- Honorables parlementaires ; Distingués invités,

Je suis honorée d’être parmi vous pour la cérémonie officielle d’ouverture de ce séminaire relatif au renforcement des capacités des parlementaires francophones dans le secteur minier.

Je voudrais saisir cette occasion pour féliciter l’Assemblée parlementaire de la francophonie pour son engagement en faveur de ce débat constructif.

Honorables Parlementaires, Distingués invités,

À l’occasion de cette journée de sensibilisation, j’aimerais partager avec vous deux messages : Mon premier message est le suivant : Les parlementaires africains ont un rôle important à jouer pour que les fruits de la forte croissance économique soient répartis plus équitablement au sein des populations, y compris des plus vulnérables.

Depuis les années 2000, la croissance du Produit Intérieur Brut (PIB) de l’Afrique a été élevée, avoisinant 5%. En dépit de cette croissance élevée et des perspectives économiques, le continent continue à faire face à de nombreux défis en matière de développement humain. La chute du taux de pauvreté (pourcentage de personnes vivant avec moins de $1,25 par jour) a été relativement faible, passant de 56.5% en 1990 à 48.5% en 2010.

En République Démocratique du Congo, bien que l’incidence de la pauvreté ait baissé d’un quart entre 1990 et 2012, le niveau de pauvreté reste encore trop élevé (un peu plus de 63% en 2012).

En somme, la croissance enregistrée par l’Afrique ne s’est pas encore répercutée sur les populations. L’absence de retombées positives est due à une insuffisante règlementation des secteurs moteurs de la croissance comme celui des industries extractives.

Le caractère intensif en capital et faible générateurs d’emplois locaux de ces secteurs impose un encadrement règlementaire pour que la valeur ajoutée est un contenu local. Elle doit aussi profiter suffisamment à l’Etat et aux communautés qui sont propriétaires des ressources naturelles exploitées.

Les parlementaires, de par leurs pouvoirs constitutionnels en matière budgétaire et de contrôle de l’Exécutif, ont alors un rôle déterminant à jouer.

Ce particulièrement avec l’adoption des Objectifs de développement durable (ODD) en septembre dernier par l’Assemblée Générale des Nations Unies. Ce nouvel agenda de développement donne aux parlementaires africains l’opportunité de contribuer à l’examen des options politiques qui permettront de capturer les retombées des industries extractives pour accélérer la transformation économique et sociale du continent.

Mon second message est le suivant : Les économies africaines doivent sortir de la trappe à exportation des matières première brutes qui les fragilise aux chocs extérieurs. Pour cela, il faut radicalement changer de cap : les industries extractives doivent devenir de véritables vecteurs de développement humain durable dans les pays africains.

Ceci implique que les stratégies sectorielles intègreront désormais les paramètres sociaux, économiques et environnementaux à court, moyen et long termes ; et qu’elles contribueront à la création d’emploi, à la réduction de la pauvreté et des inégalités, et à la revitalisation des économies locales.

Les parlementaires africains, doivent donc appuyer leurs gouvernements à poursuivre des mesures visant à :

· Accélérer la mise en œuvre de politiques de diversification de leur économie ;

· Mettre en place un environnement sain des affaires permettant de mieux favoriser les flux d’investissements directs ;

· Promouvoir le développement du secteur privé ainsi que le partenariat public-privé, particulièrement dans le secteur des infrastructures et des entreprises extractives ;

· Dynamiser le secteur des petites et moyennes entreprises (PME), particulièrement celles des industries extractives ; et

· Accélérer le processus d’intégration sous régionale et régionale à travers des projets d’exploitation conjointe des ressources naturelles transfrontalières.

Honorables Parlementaires, Distingués invités, Grâce à cet atelier, les parlementaires pourront accroître leurs connaissances du secteur minier ; et mieux comprendre comment exercer efficacement leur rôle en matière de législation et de contrôle de l’action gouvernementale sur le secteur minier.

Notre objectif doit donc être des stratégies cohérentes qui impulsent un développement durable et inclusif ici en République démocratique du Congo et à travers le continent.

Je vous remercie.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Congo (République démocratique du) 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe