Formation sur le cycle de l'Aide et la Coodination des Actions de Développement

22 juil. 2015

Discours de Mme Priya GAJRAJ
Représentant  Résident a.i. du PNUD


Excellence Monsieur le Ministre du Plan et Révolution de la Modernité ;
Mesdames et Messieurs les Secrétaires Généraux;
Mesdames et Messieurs; Distingués invités ;

Je suis honorée d’être parmi vous à l’occasion de ce séminaire sur le cycle de l’aide et les actions de développement, organisé par le Ministère du Plan et Révolution de la Modernité, avec l’appui du PNUD. Ce séminaire s’inscrit dans le cadre des efforts menés par le Gouvernement pour renforcer la coordination autour des actions de développement. 

Cette formation s’inscrit aussi dans le processus d’élaboration du nouveau Plan national stratégique de développement 2017-2021 (PNSD), engagé par le gouvernement et dont la question du financement occupera une place de choix. 

Ce séminaire représente ainsi l’opportunité de familiariser les participants avec les nouveaux enjeux, principes et techniques de mobilisation de ressources pour le financement du développement. 

C’est donc avec plaisir que je constate que cette formation s’adresse au personnel des administrations publiques impliquées tant dans la mobilisation, la planification du développement que la gestion des ressources extérieures. Conscient de l’importance du renforcement de capacités de ces hauts cadres, le PNUD a mobilisé es experts en efficacité de l’aide du Centre Régional d’Addis-Abeba et de l’Institut Panafricain pour le Développement.

À l’occasion de cette formation, je voudrais partager avec vous deux messages clés :

Mon premier message est le suivant : Les pays sont responsables de leur propre développement économique et social, mais les efforts nationaux doivent être soutenus par un environnement économique international favorable.

En Septembre, la communauté internationale devra adopter un nouvel agenda de développement pour les 15 prochaines années.   Ce séminaire arrive donc à un moment critique d’une nouvelle ère de coopération et de développement.    La récente adoption de l'Agenda d'action d'Addis-Abeba nous met sur la bonne voie pour mettre en œuvre les nouveaux Objectifs de Développement Durable.

Les besoins de financement pour le développement restent cependant élevés. La mise en œuvre de l’agenda post-2015, tout en incombant principalement aux Etats, nécessitera une mobilisation de toutes les sources de financement - publics, privés, nationaux et internationaux.

En République démocratique du Congo, l’appui direct au développement (APD) restera l’un des principaux moyens de mobilisation de ressources pour le financement de la mise en œuvre des ODDs.

Bien que l’appui au développement de la RDC a augmenté en volume, passant de 1.175 millions USD en 2002 à 2.859 millions USD en 2012, de nombreux donateurs ont de plus en plus mal à respecter leur engagement de 0,7% de leur PIB. Ceci est dû à la diminution de la dotation globale du fait des récentes crises financières et économiques, et le faible taux de décaissement des ressources allouées à l’appui au développement (42% en 2012). 

Mesdames et Messieurs, Distingués invités, 

Le deuxieme message est celui-ci : Au-delà des ressources internationales, l’appui au développement sera de plus en plus adossé aux sources de financement novatrices.

Le continent dispose d’un énorme potentiel de mobilisation de ressources domestiques pour mettre en œuvre ses programmes de développement. L'Afrique génère plus de US $520 milliards de taxes intérieures annuellement; gagne plus de US $168 milliards par an sur les minéraux et combustibles minéraux; et compte plus de US $400 milliards dans les réserves internationales.  Cela nous démontre qu’avec de bonnes stratégies et capacités, le continent peut d’avantage financer sur ressources propres son développement durable et inclusif.

Notons aussi que les autres formes de financement internationaux, bilatéraux et multilatéraux comme les prêts non concessionnels, la coopération sud-sud et triangulaire, demeurent jusqu’ici faiblement exploitées. Ce séminaire pourrait permettre aux participants de tirer profit de ces financements innovants. 

Mesdames et Messieurs, Distingués invités, 

En conclusion, j’espère que les échanges de ce séminaire vont contribuer à accompagner le Gouvernement dans sa tâche de mobilisation, d’utilisation et de suivi des ressources au service du développement.

Je vous remercie.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Congo (République démocratique du) 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe