Conférence-débat à l’Université de Kinshasa : "L'impact de l'autonomisation de la Femme sur le développement de la RDC"

30 mars 2015

Mme Priya Gajraj, Directeur Pays du PNUD - Crédit Photo Papy Mulamba PNUD-RDC

Mme Priya Gajraj, Directeur Pays du PNUD

Monsieur le Recteur,
Mesdames et Messieurs les professeurs,
Chères  étudiantes et chers étudiants,   
Distingués invités, Mesdames et Messieurs,

Je suis heureuse d’être parmis vous pendant ce mois de la Femme dans le cadre des activités initiées par le PNUD afin de lancer un débat sur le Genre en RDC. Je remercie très sincèrement les autorités académiques de votre université qui nous donnent l’occasion de cet échange.

En organisant de tels débats, le PNUD veut susciter l’intérêt des étudiants et des chercheurs à avoir une compréhension commune de l’intégration du Genre dans le développement. Aujourd’hui, le débat porte sur "l’impact de l’autonomisation de la femme dans le développement de la RDC".

Chères étudiantes, Chers Etudiants, Distingués invités,

2015 est une année essentielle pour faire avancer l’autonomisation de la femme. Si le nouveau programme de développement au niveau mondial se veut véritablement transformateur, les femmes doivent être au centre.

Au niveau mondial et ici en Afrique, les femmes continuent de souffrir de façon disproportionnée de la crise économique, des impacts du changement climatique, et des déplacements causés par les conflits.  

Mais les femmes ne sont pas seulement des victimes; ce sont des agents de progrès et de changement. Elles sont le meilleur vecteur pour porter la croissance, le meilleur espoir pour la réconciliation, et le meilleur rempart contre la violence.

Il y a eu des progrès importants depuis la Conférence de Beijing sur les femmes. Dans le même temps, les progrès restent trop lents, et les avancées ne sont pas irréversibles. L’objectif lance par le Secrétaire Général des Nations Unies doit être notre objectif commun — arriver à 50:50 en termes d’égalité d’ici 2030.

Chères étudiantes, Chers Etudiants, Distingués invités,

Je voudrais saisir cette occasion pour partager trois messages clés avec vous:

Mon premier message est le suivant : La participation des femmes à la vie économique, politique et sociale et l’accroissement de leurs capacités sont essentiels pour renforcer leurs droits  et influencer le développement en RDC.

Assurer l’accès égal des femmes aux ressources économiques, notamment à la terre, au crédit, à la science, à la formation professionnelle, et aux marchés sont autant de moyens de favoriser la promotion des femmes.

Ensemble, nos efforts peuvent être transformationnels :

  • Avec le soutien du PNUD, l’accès des femmes  aux services financiers des bases  est passe de  20-40% à 40-60% grâce au développement du Crédit Epargne avec Education plus (CEE+) dans quatre Institutions pilotes en milieu rural. Grâce à ces appuis, les hommes et les femmes bénéficiaires peuvent développer  des activités génératrices de revenus (AGR) et ainsi contribuer au développement.
  • Le PNUD et d’autres agences des Nations Unies appuient la réforme du Code de la famille congolais afin que certaines formes de discriminations soient élaguées.  Notamment, l’article 448 qui impose l’autorisation maritale pour permettre à la femme mariée d’accéder au crédit ; et de signer un contrat.

Mon second message est celui-ci : Pour arriver à l’autonomisation des femmes, il faut changer les comportements, lutter contre les stéréotypes et aider à avoir une perception différente du rôle des femmes.

Nous reconnaissons ici le rôle crucial des hommes dans le changement des mentalités. Sans changer la mentalité des hommes, nous ne pouvons pas changer la situation actuelle. Au 21e siècle, les hommes doivent croire et oeuvrer pour l'autonomisation des femmes.

Mon dernier message est le suivant : Les progrès pour les femmes ne seront accélérés que lorsqu’il y aura une masse critique de femmes qui prennent les décisions.

Aujourd’hui, aucun pays au monde n'a la pleine égalité pour les femmes.

Le monde compte environ 20 femmes au pouvoir.

En moyenne, les femmes représentent seulement un parlementaire sur 5 au niveau national.  

Ici, en RDC, les femmes députés nationales représentent environ 8% de l’effectif de la chambre basse, et 5 % du Sénat.

Cependant, nous savons que lorsque les femmes décident, toute la population en bénéficie. Par exemple, lorsque les administrations locales incluent les femmes, elles soutiennent les investissements dans des domaines comme l'eau et l'assainissement qui sont essentiels à la santé et au développement humain.

Le progrès est donc possible.

Cependant, nous avons besoin d'une action forte, soutenue par un engagement politique à tous les niveaux ainsi que des ressources pour faire avancer l’autonomisation des femmes en RDC.

Chères étudiantes, Chers Etudiants, Distingués invités,

Le PNUD a appuyé les Universités de la RDC à mettre en place et aider le réseau à le Réseau Universitaire de Chercheurs sur le Genre. Il a également appuyé ce réseau à organiser un grand Forum international sur le Genre et Conflit en 2010. À ce jour, les étudiants de plusieurs facultés, dont la vôtre, sont accompagnés dans le partage de connaissance sur cette thématique via les réseaux sociaux. J’espère que ces réseaux continueront de favoriser le débat sur cette thématique si importante pour l’avenir de ce pays.

Je vous remercie de votre attention.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Congo (République démocratique du) 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe