Forum sur le leadership politique des Femmes

3 mars 2015

Discours de Mme Priya GAJRAJ, Directeur Pays du PNUD
 

-Excellence Madame la Ministre du Genre, Famille et Enfant ;                               
-Honorables Sénateurs et Députés;
-Excellences  Mesdames et Messieurs les Ministres provinciales ;
-Mesdames et Messieurs les Représentants des Partenaires Techniques et
  Financiers ;  
-Distingués Invités;

Au nom du Programme des Nations Unies pour le développement, je salue l’organisation de ce Forum qui veut encourager un leadership féminin politique fort.

Permettez-moi d’abord de mentionner l’excellente collaboration qui a prévalu entre le Ministre du Genre, Famille et Enfant, ONUFEMMES et le PNUD dans la préparation de cet évènement. Notre engagement commun est de mieux comprendre les causes de la sous-représentation des femmes dans les instances politiques et favoriser leur participation, notamment en vue des futures échéances électorales en République Démocratique du Congo.

Pour aborder cette thématique du leadership politique féminin, il faut aborder  plusieurs questions clés :

1.    Dans la société, comment est perçu le leadership politique des femmes?
2.    Comment les femmes mènent-elles le combat pour leur participation aux instances politiques ?
3.    Les femmes parviennent-elles à obtenir la confiance et la voix des électeurs?
4.    Quel est le rôle des hommes dans ces efforts ?

Au vu de ces questions, je voudrais saisir l’occasion pour vous livrer deux messages.

Mon premier message est le suivant : Les progrès pour les femmes ne seront accélérés que lorsqu’il y aura une masse critique de femmes qui prenne les décisions.
Aujourd’hui, aucun pays au monde n'a la pleine égalité pour les femmes.

Le monde compte environ 20 femmes au pouvoir.

Ici, en RDC, les femmes députés nationales représentent environ 8% de l’effectif de la chambre basse, et 5 % du Sénat.

Cependant, nous savons que lorsque les femmes décident, toute la population en  bénéficie.  Par exemple, lorsque les administrations locales incluent les femmes, elles soutiennent les investissements dans des domaines comme l'eau et l'assainissement qui sont essentiels à la santé et au développement humain.

Le progrès est donc possible.

Cependant, nous avons besoin d'une action forte, soutenue par un engagement politique ainsi que des ressources et financements pour faire avancer cet agenda.

Mon second message est donc le suivant : Il renforcer les voies et moyens pour accroître la voix et la participation des femmes dans la prise de décision.
Certains moyens sont notamment de soutenir les systèmes de quotas; sensibiliser femmes sur les processus électoraux, les méthodes de campagne et de financement; et favoriser l'équilibre entre les sexes dans les structures administratives publiques.

Il est aussi essentiel de faire participer les partis politiques. Ils fournissent des structures de la participation politique et de sélection des candidats. Ils peuvent  donc être des catalyseurs clés pour l’engagement des femmes.

La participation des femmes à tous les niveaux doit donc être renforcée afin qu'elles  puissent avoir une voix forte dans le cadre de la politique et les priorités de développement. C’est dans cette perspective que le PNUD s’est engagé à accompagner le pays  dans les prochaines échéances électorales.

Précédemment, le PNUD a appuyé les processus électoraux  ainsi  que les  dispositifs de renforcement des capacités et de mobilisation mis en place à l’égard des femmes électrices et candidates.

Sur la base de cette expérience, le défi majeur aujourd’hui est de lancer le processus d’accompagnement suffisamment tôt pour  impliquer  le plus  grand nombre de femmes et pour accroître leur représentation aux niveaux national, provincial et local.   Il faut aussi renforcer les capacités de vigilance et d’alerte des femmes de la  société civile et des medias.  

Ce Forum offre donc l’opportunité de produire des orientations pour l’élaboration d’une stratégie nationale  de participation politique des femmes congolaises.  Il permet appuyer les changements de comportement qui sont nécessaires si l’on veut enfin donner sa juste place à la femme.

Je souhaite  plein succès dans ces réflexions stratégiques pour le positionnement politique fort des femmes.

Je vous remercie.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Congo (République démocratique du) 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe