Lancement officiel du RNDH 2014 de la RDC

26 févr. 2015

M. Soumaré, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies et Représentant Résident du PNUD

-Excellence, Monsieur le Premier Ministre;
-Honorables Députés et Sénateurs ;
-Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement ;
-Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Chefs de Mission de Coopération et d’organisations internationales ;
-Mesdames et Messieurs les Représentants du secteur privé et des organisations de la société civile ;
-Mesdames et Messieurs les Représentants du monde académique ;
-Distingués invités en vos titres et qualités respectifs ;

Au nom du Système des Nations Unies et en particulier du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), je suis très heureux et très honoré d’être parmi vous, ce matin, pour le lancement officiel du Rapport National sur le Développement Humain 2014 de la République Démocratique du Congo.

Excellence, Monsieur le Premier Ministre, votre présence à cette cérémonie est un encouragement pour chacun et chacune d’entre nous. En effet, aux côtés des autorités nationales, provinciales et locales de ce pays, et avec les populations, nous tâchons, jour après jour, de contribuer au développement durable de la RDC et au bien-être des Congolais et Congolaises. Je vous remercie donc très sincèrement pour votre appui constant, vos conseils et votre expertise.

Le Rapport National sur le Développement Humain 2014 a pour thème « La cohésion nationale pour l’émergence de la RDC ». En septembre 2013, déjà, les autorités congolaises avaient choisi la cohésion nationale comme thème des concertations nationales. La cohésion nationale et l’émergence de la RDC sont donc des priorités : par ce biais, les autorités nationales expriment l’urgence, l’ambition et la volonté de rompre définitivement avec les cycles de violences que connaît le pays, d’assurer la paix et de s’acheminer vers un développement durable.  

Nous tous ici présents, nous savons que les dividendes de la paix sont le renforcement de la démocratie, de l’État de droit et de la sécurité ; des services de base efficaces et fiables;  le respect des droits humains ; l’équité Genre ; la stabilité macro-économique ; le développement humain durable, et la croissance inclusive. 

Pour les Congolaises et les Congolais, cela signifie: pouvoir nourrir correctement sa famille ; avoir accès à la santé, à l’éducation ; ne plus fuir les crises humanitaires et les guerres à la recherche d’un refuge provisoire. Bref, cesser d’avoir peur ; casser ce cycle infernal de la pauvreté ; être capable de subvenir à ses propres besoins ; croire en l’avenir pour soi-même et ses enfants ; permettre aux femmes de devenir autonomes, d’avoir le droit à la parole et d’être associées dans la prise de décision.

Excellence Monsieur le Premier Ministre ; Distingués invités,

Depuis 1990, le PNUD apporte un appui constant à  la préparation et à la publication des Rapports nationaux qui présentent la situation du pays en matière de développement humain.

Le RNDH 2014 est le fruit d’un travail collectif rassemblant des experts socio-économiques, des acteurs politiques, des représentants du monde académique, de la société civile, des partenaires techniques et financiers.

Ensemble, ils ont dressé un état des lieux de la situation du développement en RDC. Ils  proposent également des recommandations et des pistes d’actions concrètes pour aider le pays à poursuivre ses efforts dans le développement durable; à créer le consensus pour s’engager dans la voie de la cohésion nationale et de l’émergence.

Avant de revenir sur cette thématique, prenons le temps de parcourir quelques données clé du Rapport National sur le Développement Humain 2014 que nous lançons aujourd’hui, et qui utilise les données statistiques nationales actualisées.

Le Rapport national 2014 présente, en effet, un Indice de développement humain  nettement amélioré. Car il passe de 0,338 qui est l’Indice de la RDC calculé dans le Rapport Mondial 2014, à  0,414.

Sur cette base, la RDC gagne donc 13 places dans le classement diffusé par le Rapport Mondial sur le Développement Humain de 2014. S’il est homologué, il fait remonter la RDC du 187ème rang au 174ème.

Ce constat m'amène à partager deux messages avec vous :

Mon premier message est le suivant : Les progrès enregistrés dans le classement de l’indice du développement humain de la RDC sont conformes à la réalité. MAIS la différence de classement entre le Rapport National et le Rapport Mondial montre qu’il y a une discordance entre les chiffres collectés au niveau national et ceux qui sont enregistrés au niveau mondial. C’est pourquoi j’exhorte la RDC à poursuivre ses efforts dans l’actualisation et l’affinement de ses propres données statistiques collectées sur le terrain ET à les transmettre régulièrement, sans délai, au niveau des instances internationales pour éviter les distorsions de chiffres qui entraînent une perception négative de la RDC, à l’intérieur et à l’extérieur de ses frontières.

En effet, les statistiques nationales fiables et actualisées, basées sur des évidences et des résultats, sont à la fois un miroir de la santé du pays, une référence pour les bailleurs et les investisseurs, mais également un atout majeur dans la prise de décision politique et dans la planification de la stratégie de développement.

C’est pourquoi je voudrais encourager le Gouvernement qui s’est assigné, sous votre leadership, un certain nombre d’objectifs tels que la promotion de la paix et de la bonne gouvernance ; le développement des infrastructures de base viables ; l’éradication du chômage ; le désendettement de l’État ; l’intégration régionale et la lutte contre la pauvreté, à documenter ses résultats et à les partager.

Il en va de même pour les outils de planification dont s’est doté l’État congolais avec l’appui des partenaires nationaux et internationaux, notamment : la Révolution de la modernité ; le Document de la stratégie de croissance et de réduction de la pauvreté de deuxième génération, l’initiative Pays pauvres très endettés; la Facilité pour la réduction de la pauvreté et la croissance ; l’Accord-cadre d’Addis-Abeba pour la Paix, la Sécurité et la Coopération pour la République Démocratique du Congo et la Région des Grands Lacs. Ces outils sont gouvernails et des caps qui orientent les décisions. Reste à capitaliser les résultats, à les actualiser et à les diffuser.

J’en viens à mon second message : La bonne gouvernance d’un pays s’inscrit dans la logique de la cohésion nationale et dans la mutualisation des efforts pour que la vie ne soit plus une question de survie pour la majorité de la population. La cohésion nationale s’inscrit aussi dans une stratégie gagnant-gagnant de la gestion axée sur les résultats. Ceci permettra de tourner résolument le dos à la prédation des ressources nationales et à son accaparement par une partie de la population au détriment de l’autre, laissée-pour-compte.
En effet, posons l’hypothèse suivante : un pays peut-il réussir son émergence économique sans cohésion nationale, et vice-versa ? Je ne le crois pas. 

La cohésion nationale implique que les progrès enregistrés au niveau macro-économique soient également vécus au quotidien par les populations, et surtout par les plus vulnérables. Malheureusement, au-delà des chiffres encourageants, la RDC se situe dans la catégorie des pays à Indice de développement humain très faible.
Beaucoup reste donc à réaliser pour combattre les 84% de sous-emploi de la population totale; et pour que 2/3 de la population ne vivent plus sous le seuil de pauvreté.

La cohésion nationale implique aussi la restauration de valeurs universelles telles que la  tolérance, le respect de l’État de droit - dont les expressions concrètes sont  la réparation des préjudices subis dans le cadre d’un système de justice  équitable, le respect de textes constitutionnels, légaux et réglementaires, ainsi que la protection des droits et libertés de tout genre ; la confiance entre les citoyens et les institutions politiques,  la réconciliation nationale ; le travail dans l’intérêt général ; la notion d’espace vital et la redistribution équitable des ressources naturelles que le pays possède et/ou exploite.

Dans le RNDH 2014, des recommandations sont également exprimées quant à la résorption des grands  déséquilibres, clivages et/ou antagonismes, notamment dans la répartition et l’équilibre des pouvoirs. De même, la crédibilité dans le processus d’accès aux fonctions publiques doit être restaurée. L’exclusion et/ou la discrimination à l’égard de la femme doivent être combattues avec plus d’énergie. L’administration publique devrait être mieux outillée pour exercer efficacement son rôle de pourvoyeur de services publics de qualité et de maître d’œuvre des politiques publiques.

Tous ces ingrédients sont indispensables pour réussir la cohésion nationale et l’émergence de la RDC car les fondations seront alors posées pour bâtir un projet collectif dans l’intérêt de tous et de toutes, qui ira bien au-delà de la simple adhésion à un drapeau ou à une monnaie commune.

Excellence Monsieur le Premier Ministre, Distingués invités,

J’ai la conviction que la RDC a les capacités et les ressources pour prendre le leadership régional mais également continental dans la mesure où tous ces défis seront relevés.
Je voudrais clore mon propos en félicitant vivement et en remerciant sincèrement toutes celles et tous ceux qui ont travaillé avec ardeur au sein des équipes de supervision et de production de ce Rapport National du Développement Humain 2014.

Et me voici arrivé à la fin de mon dernier discours prononcé en RDC devant une assemblée aussi prestigieuse. Vous le savez déjà : dans quelques jours, je vais quitter le pays pour aller prendre mes nouvelles fonctions au Sud Soudan.

Je suis profondément ému car je dois vous dire « au revoir » mais dans le même temps, je voudrais vous dire combien je suis fier et heureux d’avoir eu la chance de travailler à vos côtés, de bénéficier de vos multiples soutiens et expériences, et de réaliser de beaux projets.

Je voudrais également exprimer mon admiration à l’égard des populations congolaises et leur extraordinaire capacité de résilience. Elles ont véritablement donné un sens, un visage et un cœur à ma mission, ici. 

Monsieur le Premier Ministre,  je vous réitère mes chaleureux remerciements ; nous avons cheminé ensemble au service du bien-être des Congolais et Congolaises.
Je pars en emportant un souvenir très fort de vous-même : de votre personnalité, de votre force de travail, de votre disponibilité et si vous me le permettez, de notre amitié.
Je vous souhaite une très heureuse continuation.

Je vous remercie.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Congo (République démocratique du) 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe