Message de fin d'année 2014 du Directeur du bureau régional pour l'Afrique

24 déc. 2014

Chers collègues,

Alors que 2014 tire sa révérence et que nous nous apprêtons à accueillir 2015, je tiens à saluer l’action collective que nous avons menée tout au long de l’année en vue de stimuler les efforts de développement en Afrique subsaharienne.

Amashyi n’impundu et …Arahabaina   à tous pour d’excellents résultats  cette année !

En 2014, l’Afrique sub-saharienne a inlassablement poursuivi sa croissance économique, qui s’est établi à cinq pour cent en moyenne dans de nombreux pays, tels que l’Angola, la Sierra Leone, la République du Congo ou le Rwanda. 

L’investissement dans l’industrie extractive et les infrastructures ainsi que l’amélioration de la stabilité politique, la bonne gouvernance , la stabilité macroéconomique  et la sécurité ont contribué à cette croissance économique accrue.

Sur le plan socio-politique, la région a connu une augmentation du nombre d’élections nationales et locales pacifiques.  Cette année, onze pays ont organisé des élections présidentielles, parlementaires ou législatives :  l’Afrique du Sud, le Botswana, les Comores, la Guinée Bissau, le Libéria, le Malawi, la Mauritanie, le Mozambique, la Namibie, la République de Maurice et Sao Tomé-et-Principe.
Une croissance économique soutenue, conjuguée aux efforts accrus de consolidation de la paix et de la sécurité a contribué à l’accélération des progrès sur le front des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).  Huit des dix meilleurs performeurs  dans ce domaine sont des pays africains. En outre, les États membres africains sont des acteurs de plus en plus influents dans les débats mondiaux sur le développement.  Leur contribution à la définition du programme de développement post 2015 et des objectifs de développement durable (ODD) , notamment à travers le lancement de la Position commune africaine sur le programme de développement pour l’après-2015 , symbolise cette position d’avant-garde.

Cela étant, la route est encore longue, parsemée d’embûches et d’incertitudes, exposée à la vulnérabilité induite par des défis majeurs pouvant parfois conduire à des revirements en termes de développement. L’année 2014 restera dans nos éphémérides comme celle où Ebola a fauché des âmes innocentes en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone et privé ces pays des dividendes tant attendus de la paix et du développement.  Cette année aura vu Boko Haram briser le rêve de plus de 270 écolières nigérianes d’acquérir le précieux savoir qui leur aurait permis de servir le monde et leur communauté.

Ailleurs, des conflits prolongés ont tué et déplacé des milliers de femmes, d’hommes et d’enfants dans des pays comme la République centrafricaine, le Soudan du Sud, le Mali ou encore à l’Est de la République démocratique du Congo. D’autres types de chocs et de tendances à long terme contribuent à cette fragilité. La vulnérabilité aux catastrophes naturelles et au changement climatique continue à se manifester sous la forme d’événements météorologiques extrêmes et d’épisodes d’insécurité alimentaire dans le Sahel et certaines parties de la Corne de l’Afrique, ainsi que dans l’Afrique australe et les îles de l’océan Indien.

Le PNUD a renforcé son soutien pour relever ces défis complexes et s’attaquer à ces diverses situations de crise.  Le Plan stratégique du PNUD pour 2014-2017 a été conçu pour nous aider à adapter notre intervention en fonction des contextes et des réalités des différents pays. Sa mise en œuvre nous a permis de rendre nos programmes plus flexibles, cohérents et efficaces. Notre nouvelle structure organisationnelle renforce désormais cette orientation.  Le Bureau régional pour l’Afrique à New York est maintenant composé de la Direction ainsi que de plusieurs équipes distinctes chargées de la supervision, l’analyse stratégique et l’appui à la gestion des pays. Notre bureau s’est enrichi d’un centre régional implanté à Addis-Abeba, assurant l’appui aux pays et à l’élaboration des politiques, et de deux plates-formes sous-régionales, établies respectivement à Dakar et à Nairobi. Par ailleurs, l’examen de la structure du PNUD Afrique  a montré, et nous ne pouvons que nous en réjouir, que notre bureau de New York reflète désormais une parfaite équité entre hommes et femmes au niveau de ses effectifs. Nous sommes aussi le seul bureau qui a enregistré, maintenant, une parité genre au niveau des Représentants Résidents. Je suis fermement engagé à œuvrer dans ce sens pour réaliser l’égalité des genres au niveau des postes de Directeurs de pays et de Représentants résidents adjoints et au sein de notre centre régional.

L’organisation de la première réunion du Groupe de gestion des opérations [DRR/O] a inauguré une nouvelle ère qui sera consacrée à l’amélioration de nos processus de gestion opérationnels. En outre, grâce à sa solution innovante RBA Business Intelligence Dashboard, le Bureau Régional  a renforcé ses activités d’appui aux bureaux de pays en matière de suivi et de surveillance, ce qui a permis à ces derniers d’enregistrer de meilleurs résultats en termes d’exécution de programmes. Cette année, le taux d’exécution des programme du Bureau Afrique  devrait atteindre 87,4 % (sur 1 milliard de dollars US), ce qui représente une amélioration par rapport au taux de 2013, qui était de 86 %. Bien que nous reconnaissons que ce taux d’exécution est loin d’être optimal, nous sommes aussi pleinement conscients des facteurs qui ont pu exercer un impact sur le taux d’exécution, tels que les crises imprévues ou de longue durée, les effets de l’exercice de viabilité financière (FSE) et le décaissement retardé de l’allocation des ressources de base [ Trac 2].

Le Conseil d’administration qui s’était réuni en janvier passé avait approuvé le document relatif au programme régional du Bureau  (RPD), le qualifiant par la voie de certains de ses membres de meilleur document de ce type jamais produit. En effet le RPD se distingue aussi bien par son alignement avec le plan stratégique , l’Agenda de développement de ‘Afrique,  qu’au niveau de l’inclusion d’apports de consultations élargies avec les partenaires clés. Il s’agit aussi du seul document au sein de l’organisation qui ait été à l’origine de la création d’un « mécanisme d’innovation ». Le RPD est focalisé sur quatre résultats :  la croissance inclusive et le développement ; l’amélioration de la gouvernance démocratique ; la prévention des crises et le relèvement ; et la réduction de la pauvreté.

En 2014, notre Bureau  a également joué un rôle de premier plan dans la diffusion des connaissances et des recommandations en matière de politique en vue d’accélérer le développement humain à l’échelle du continent.  Le PNUD a produit et lancé en collaboration avec ses partenaires clés l’édition 2014 des Perspectives économiques en Afrique ainsi que le rapport 2014 sur l’Évaluation des progrès accomplis en Afrique dans la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement. L’organisation a également été à la pointe de la recherche sur l’impact socio-économique de la crise sanitaire provoquée par la maladie à virus Ebola en Afrique de l’Ouest. En outre, le Bureau a contribué à la conception de la Position commune africaine sur le programme de développement pour l’après-2015.

Notre soutien aux pays en crise a été sans précédent. Nous avons concentré nos efforts sur la mise en œuvre de l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération dans la région des Grands Lacs ; Nos efforts ont porté leurs fruits et nous avons pu obtenir l’assurance de promesses à divers niveaux : soutien politique, nouvelles aides financières conséquentes pour la Corne de l’Afrique ; mise à l’échelle des activités au niveau des pays en vue d’éliminer les vulnérabilités dans le Sahel. En République centrafricaine (RCA) et au Soudan du Sud, nous continuons d’œuvrer en faveur d’une solution pacifique aux crises actuelles, de la prise de décision inclusive et de la relance des activités de croissance et de développement économiques.
En ce qui concerne le développement de partenariats et la mobilisation des ressources, nous avons  signé un Accord-cadre stratégique avec la Commission de l’Union africaine (CUA) en septembre 2014. Le protocole d’entente y afférent autorise la mise en place d’un cadre de coopération stratégique et politique structuré, comportant le partage d’analyses et l’échange d’expériences et de produits axés sur le savoir, dans le but d’étendre et de renforcer la coopération au sein de la région et de tirer profit de la coopération Sud-Sud et triangulaire. Par ailleurs, le Bureau régional  a intensifié sa coopération avec la Chine par le biais de la conférence Afrique-Chine, qui a eu lieu à Addis-Abeba en novembre, sur le thème « Développement industriel :  Regards croisés de l’Afrique et la Chine  ». De même, à travers la TICAD [ Conférence Internationale  de Tokyo sur le Développement de l’Afrique] , et à la faveur du succès de la conférence TICAD V, nous avons obtenu un financement du Japon à hauteur de 7,3 millions de dollars US au profit du renforcement de la sécurité humaine et la résilience communautaire dans le Sahel et du soutien multi-pays en faveur d’un redressement solide, durable et résilient.

En ce qui concerne l’avenir, notre travail en Afrique devrait se concentrer, en 2015 , sur le positionnement du PNUD par rapport aux objectifs de développement durable sur les plans mondial et régional et au niveau des bureaux de pays. Pour la seule année 2015, au moins 15 des pays de la région devront élaborer leur plan national de développement et leur UNDAFs : il nous appartiendra de saisir cette occasion pour soutenir pleinement ces processus et s’assurer que ceux-ci reflètent les objectifs de développement durable. La planification et la mise en œuvre reposant sur les OMD, y compris la mise en œuvre de nouveaux Cadres d’accélération de la réalisation des OMD sont aujourd’hui plus pertinentes que jamais.

Le PNUD mettra en œuvre un ambitieux programme de relance en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone. Les études d’impact socio-économique menées par le Bureau  alimenteront ces efforts et notre expérience en matière de rémunération des travailleurs intervenant dans le cadre de la riposte au virus Ebola ouvrira la voie à notre soutien aux survivants et aux familles touchées.

Le Bureau  donnera également la priorité au lancement des projets régionaux qui faciliteront la mise en œuvre des résultats du programme régional.

En outre, nous veillerons  particulièrement à ce que le Centre d’appui régional à Addis-Abeba soit pleinement opérationnel et capable de fournir un soutien optimal aux bureaux de pays, maintenant que nous abordons les étapes ultimes du Processus de révision structurelle. L’accent sera également mis sur le positionnement stratégique du Bureau afin de suivre de près la mise en œuvre des diverses initiatives sous-régionales telles que la Stratégie de paix et de sécurité dans la région des Grands Lacs. Nous nous efforcerons aussi de renforcer la contribution du PNUD à la mise en œuvre de la stratégie intégrée de l’ONU pour le Sahel. Nous nous emploierons de même à intensifier notre soutien au rôle de coordination de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) dans la mise en œuvre de la Stratégie pour la paix, la sécurité et le développement dans la Corne de l’Afrique et la mise en œuvre de l’Accord-cadre stratégique CUA/PNUD.

Compte tenu du grand nombre de pays d’Afrique sub-saharienne, plus d’une quinzaine au total, qui prévoient d’organiser des élections en 2015, nous avons le devoir de nous assurer que nous sommes bien équipés pour fournir un appui électoral selon les besoins dans chacun des pays concernés.  Il s’agit notamment de la Côte d’Ivoire, de l’Éthiopie, du Mali, du Nigéria, de la République centrafricaine, de la Tanzanie et du Togo.

Notre soutien continu aux pays en situation de crise sera renforcé par la planification de scénarios et la formation d’équipes spécialisées dans les solutions de développement (DST) en vue d’assurer à ces pays un appui intégré et complet.
Les événements clés prévus à l’horizon 2015 comprennent notamment :

  • La Conférence d’Abidjan sur l’émergence de l’Afrique, qui se tiendra avant ou juste après la réunion des économistes [ Cluster Meeting]  (mars).
  • La retraite du personnel du Centre d’appui régional (février).
  • La réunion [ Cluster Meeting] des Représentants Résidents  (juin).
  • Le lancement du Rapport sur le développement humain en Afrique, qui portera sur l’autonomisation des femmes en Afrique envisagée sous l’angle de l’économie politique (dernier trimestre de 2015).
  • La Conférence économique africaine conjointement tenue par la BAD, le PNUD et la CEA Conférence économique, qui sera organisée par le PNUD (novembre).

Nous avons accompli un grand nombre de réalisations dont nous pouvons être fiers, mais nous ne sommes pas encore arrivés au bout de nos peines. D’autres tâches importantes nous attendent dans les mois qui viennent. Je voudrais saisir cette occasion pour vous souhaiter à tous ainsi qu’à vos familles une saison de fêtes festive, joyeuse et paisible et vous présenter mes meilleurs vœux pour une économie prospère en 2015.

Wênd na kô-d yuum-songo et ….Dewenati!

Abdoulaye Mar Dieye
Directeur du bureau régional pour l'Afrique

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Congo (République démocratique du) 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe