Promouvoir l'emploi des jeunes

28 nov. 2014

Mme Priya GAJRAJ, Directeur Pays, PNUD-RDC

- Honorables Sénateurs et Députés ;
- Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement ;
- Monsieur le Recteur de l’Université Catholique du Congo ;
- Mesdames et Messieurs les Recteurs et Secrétaires Généraux des   universités, Doyens et Directeurs des Centres de recherches ;
- Mesdames et Messieurs les Représentants des Partenaires au développement ;
- Mesdames et Messieurs les Représentants des organisations de la Société Civile, du secteur privé et des médias;
- Mesdames et Messieurs les Professeurs, Chercheurs, et Étudiants ;
- Chers participants,

Je suis honorée d’être parmi vous pour participer à cette conférence sur la promotion de l’emploi des jeunes en République Démocratique du Congo.

Je profite de l’occasion pour remercier sincèrement nos partenaires : l’Institut Congolais de Recherches en Développement et Études Stratégiques (ICREDES), et l’Université Catholique du Congo.

Cette conférence publique, initiée par le PNUD, est la deuxième du genre et offre l’occasion d’élargir l’espace de discussion et d’analyse sur les priorités nationales de développement du pays.

Mesdames et Messieurs, Chers participants,

La génération d'aujourd'hui des adolescents et des jeunes s’élève à 1,8 milliard de personnes - le plus grand nombre que notre monde n’est jamais vu. La plupart de ces jeunes vivent dans les pays en développement.  En Afrique, les moins de 15 ans représentaient 40% de la population totale en 2010, contre 27% dans l’ensemble de la population mondiale.

L'énergie, l'enthousiasme et l'innovation de cette grande génération de jeunes peut offrir un énorme dividende démographique au pays et à notre monde.

Mais pour obtenir un dividende, il faut investir - et pour les jeunes, cela signifie des investissements dans l'éducation, la formation professionnelle, et la disponibilité du crédit.

Cela signifie aussi un engagement à l'inclusion - économique, sociale, et politique. Les jeunes doivent être en mesure de contribuer de façon significative aux décisions qui ont une incidence sur leur vie.

Comme génération, les jeunes sont aussi aujourd’hui confrontés à des niveaux élevés de chômage. Bien que ne représentant que 37% de la population mondiale en âge de travailler, les jeunes représentent 60% du monde chômeurs.

En République Démocratique du Congo, la population est à majorité jeune. Les jeunes entre 10 et 24 ans représentent 44,1% de la population. De l’Enquête 1-2-3 récemment publiée, il ressort qu’environ 24 millions de jeunes de 10 ans et plus sont inactifs en RDC, et que le taux d’activité des jeunes entre 15 et 24 ans n’est que 23,9% en milieu urbain et 40,4% en milieu rural.

C’est le lieu ici de reconnaître que le Gouvernement a déjà pris un certain nombre de mesures sur la question. Permettez-moi de citer l’adoption du plan national pour l’emploi des jeunes, avec l’appui du BIT et du PNUD. Certes, beaucoup reste à faire.  Il y a notamment la finalisation de l’élaboration de la politique nationale de l’emploi, l’amélioration de l’employabilité des jeunes et la poursuite des réformes structurelles.

Les Nations Unies, et le PNUD en particulier, accorde la priorité au développement des jeunes.  Le PNUD a lancé cette année au niveau global sa propre Stratégie jeunesse, axé sur l'entreprenariat des jeunes et de l'emploi, l'engagement civique et la participation politique.  Notre Stratégie Jeunesse soutient le changement et les aspirations des jeunes.

Sur base de ce constat, je voudrais partager  3 messages clés avec vous :

Mon premier message est le suivant : Une stratégie jeunesse doit favoriser une plus grande autonomie économique des jeunes.

La création de moyens de subsistance et d’emplois décents est un facteur déterminant de l’autonomisation socio-économique des jeunes. La réussite d’une telle démarche se mesure à l’augmentation du nombre d’emplois pour  les jeunes. Elle tient également à une meilleure qualité des emplois via l’amélioration de leur productivité, la facilitation de l’entrée des jeunes  dans des secteurs plus productifs, et le renforcement de l’accès à un système de protection sociale.  

L’accès au financement et aux marchés constitue un domaine d’action, avec le renforcement des  compétences des jeunes entrepreneurs, en particulier des jeunes femmes entrepreneurs. A ce titre, à Walungu cette année, le PNUD en partenariat avec la RawBank et Airtel, a contribué à former 200 jeunes, dont 60 jeunes femmes, en gestion des micro-entreprises et leur a facilité l’accès à un micro-crédit.

Mon second message est le suivant : Une stratégie jeunesse doit augmenter l’engagement civique et la participation des jeunes au processus décisionnel et aux processus et institutions politiques.

Si les jeunes prennent conscience de leurs droits, ils seront en mesure de prendre part à la société  civile, aux services publics et aux processus politiques, et ce à tous les niveaux. Ils ont besoin de  connaître les canaux qui leur permettront d’exercer leurs droits civils et politiques et de contribuer  aux processus décisionnels qui ont un impact sur leur vie.

Mon troisième et dernier message est le suivant : Une stratégie jeunesse doit soutenir l’engagement des jeunes en matière de résilience.

Les jeunes peuvent être des agents positifs du changement au sein de leur communauté en période de conflit. La mise en place d’actions précoces visant à maintenir leurs moyens de subsistance renforce la résilience  et la cohésion sociale.  Les points d’entrée stratégiques se concentrent sur la mobilisation et l’autonomisation des jeunes en tant qu’agents positifs du changement au sein de leur communauté, y compris en matière de création d’emplois  d’urgence et d’entrepreneuriat.

A cet effet, le PNUD a mis en place des centres de formation professionnelle à l’Est du pays pour offrir des opportunités d’auto-emploi et de création d’emplois des jeunes de la région. C’est ainsi que cette année à Matanda et à Kibabi, 409 jeunes, dont 209 jeunes femmes, ont été formés en art culinaire, coupe et couture, menuiserie et mécanique auto.

Mesdames et Messieurs, Chers participants,

Je voudrais clore mon propos en exhortant, encore une fois, tous les participants à profiter de cette opportunité pour constituer une masse critique, soudée et capable d’élaborer des propositions et actions pour promouvoir le développement de l’emploi des jeunes en RDC.

Je vous remercie de votre attention.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Congo (République démocratique du) 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe