Séminaire national de validation des critères et indicateurs des engagements nationaux issus de l’accord-cadre d’Addis-Abeba

12 juil. 2014

Discours de M. Moustapha Soumaré, Représentant Spécial adjoint du Secrétaire Général des Nations Unies, Coordinateur Résident du Système des Nations Unies, Coordinateur Humanitaire et Représentant Résident du PNUD en République démocratique du Congo.

Excellence Monsieur le Président de la République, Président du Comité de pilotage du Mécanisme National de Suivi de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba;

Honorables Présidents du Sénat et de l’Assemblée Nationale ;

Honorables membres du Sénat et de l’Assemblée Nationale ;

Excellence Monsieur le Premier Ministre ;

Excellences Messieurs les Vice-Premiers Ministres ;

Excellences Mesdames et Messieurs les Membres du Comité de pilotage du Mécanisme National de Suivi de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba ;

Excellences, Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement ;

Excellences, Mesdames et Messieurs les Membres du Corps Diplomatique et des Missions de coopération internationale ;

Chers collègues du Système des Nations Unies et de la MONUSCO;

Mesdames et Messieurs, Représentants des Organisations du secteur privé et de la société civile ;

Mesdames et Messieurs, en vos titres et qualités respectifs,

Je suis très honoré de prendre la parole aujourd’hui, au nom des Partenaires Techniques et Financiers, à l’occasion de la session d’ouverture du séminaire de validation de la matrice des critères de suivi des engagements souscrits par la RDC au titre de l’Accord-Cadre d’Addis-Abeba, pour « la Paix, la Sécurité et la Coopération pour la République démocratique du Congo et la Région ».

Je voudrais exprimer au nom des  partenaires techniques et financiers de la RDC, ma profonde gratitude au Chef de l’État, Son Excellence Joseph Kabila Kabamgue, pour avoir accepté de présider cette cérémonie. Votre présence illustre votre constante détermination à traduire en actes concrets les engagements souscrits par  votre pays, la RDC, aux termes de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba.

Je voudrais également saisir cette occasion pour souligner la qualité des relations que nous avons forgées au sein du Comité Exécutif du Mécanisme National de Suivi de l’accord-cadre d’Addis-Abeba  avec les membres votre Gouvernement, et en particulier le Ministre du Plan, les Institutions du Système des Nations Unies, la MONUSCO et le Groupe de Coordination des bailleurs pour  définir ensemble les orientations stratégiques et politiques et poser les actions nécessaires à la mise en œuvre des engagements nationaux.

Excellence Monsieur le Président de la République,

Honorables et Distingués invités, Mesdames et Messieurs,

Je voudrais saisir l’occasion de cette rencontre de haut niveau pour vous délivrer trois messages :

Le premier message est le suivant : le partenariat constructif au sein du Comité Exécutif du mécanisme national de l’Accord d’Addis-Abeba et le dynamisme des groupes sectoriels ont permis de formuler les critères et les indicateurs des engagements nationaux et d’intégrer le benchmarking dans le processus de planification. Cela a débouché sur une matrice globale d’actions précises dans les domaines de la stabilisation, de la restauration de la Justice et de l’État, du relèvement précoce et du développement humain durable en RDC et dans la région.
Nous devons poursuivre ce dialogue sur les politiques et la coordination de l’aide publique au service de la résilience des communautés et d’un développement humain durable efficace. Un  cercle vertueux doit donc être mis en place à travers un processus transparent, inclusif et participatif visant l’élaboration de la feuille de route de la mise en œuvre des réformes et politiques édictées par le Gouvernement de la RDC.

Et j’en viens à mon second message : Les engagements d’Addis-Abeba sont très ambitieux car ils visent la réforme du secteur de la sécurité, la promotion du développement économique, la réforme structurelle des institutions de l’Etat y compris celle des finances ainsi que la promotion de la réconciliation  nationale, de la tolérance et de la démocratisation. Ces engagements exigent donc de notre part une grande vigilance et une forte implication. En effet, tous ensemble, sous le leadership du Gouvernement de la RDC,  nous devons prioriser nos actions pour les 6 à 12 prochains mois de façon à ce que le plan d’action ne reste pas lettre morte mais soit au contraire le fil conducteur, la feuille de route de notre stratégie.

Parmi les priorités que nous pourrions fixer ensemble, on peut citer la poursuite des réformes institutionnelles et politiques pour permettre à la RDC, avec l’appui de ses Partenaires, de consolider le processus de  démocratisation, de bonne gouvernance et de croissance économique apte à promouvoir une véritable  prise en charge des besoins de  la population  et la reconstruction des infrastructures nécessaires au développement.

Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat,

Honorables et Distingués invités,

Mon troisième message concerne le la mise en place d’un mécanisme solide de suivi-évaluation du plan d’action à venir. Pour cela, il convient d’en définir le contenu, les objectifs, les critères, la périodicité et surtout les critères et méthodes et d’analyse.

En effet, gardons constamment à l’esprit ces quelques principes : quelles actions avons-nous mises en place ? Quels résultats avons-nous atteint ? Comment évaluons-nous les progrès de nos engagements ? Comment pouvons-nous rectifier, adapter ou, le cas échéant, changer de stratégie si celle-ci s’avère inopérante ? La mise en place de ce mécanisme de suivi-évaluation fiable et régulier nous aidera à progresser et à mieux cerner si les populations congolaises, premières bénéficiaires des engagements concrets de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba, vivent peu à peu dans de meilleures conditions de vie socio-économiques, de sécurité et de respect des droits humains.

Pour y parvenir, les partenaires réunis ici aujourd’hui sont disposés à aligner les plans et programmes d’action en cours sur les nouvelles orientations de reformes et de programmations qui s’inspireront des critères et des engagements de l’Accord-cadre que nous sommes appelés à valider à l’issue de ces présentes Assises, sous le leadership du Gouvernement de la RDC qui nous montrera la route à suivre et les options prioritaires à choisir.

Je vous remercie.