Ouverture de la Revue annuelle du Document de Stratégie de Croissance et de Réduction de la Pauvreté de Deuxième Génération (DSCRP II) et du Programme d’Action du Gouvernement (PAG)

09 juil. 2014

Discours de M. Moustapha Soumaré, Représentant Spécial adjoint du Secrétaire Général des Nations Unies, Coordinateur Résident du Système des Nations Unies, Coordinateur Humanitaire et Représentant Résident du PNUD en République démocratique du Congo.

Excellence, Monsieur le Premier Ministre;

Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement;

Excellences, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, Chefs de missions et membres du corps diplomatique;

Honorables invités, Mesdames, Messieurs,

Je suis très heureux  et honoré  de parler au nom du Groupe de Coordination des Partenaires, à l’ouverture de ces Assises. En toute transparence et dans un dialogue constructif, nous allons débattre ensemble pendant deux jours, des progrès, perspectives et recommandations en matière de développement humain durable, de croissance, de création d’emplois et de réduction de la pauvreté.

En effet, que nous soyons membres du Gouvernement de la RDC,  Partenaires Techniques et Financiers ou représentants de la société civile, nous sommes ici pour procéder à une étape essentielle de notre partenariat au développement qui est la Revue Globale du Document de la stratégie de Croissance et de Réduction de la Pauvreté de deuxième génération, dit DSCRP 2 et du  Programme d’Action du Gouvernement (PAG).

L’occasion, m’inspire trois messages importants.

Mon premier message est celui-ci : je tiens à féliciter le Gouvernement de la RDC pour les progrès accomplis et les résultats atteints. Mais il faut aussi souligner les défis importants qui nous attendent encore.

En plus des performances macroéconomiques reconnues, on constate aussi des résultats encourageants. J’en mentionnerai seulement quelques-uns à titre d’illustrations:
Le taux net de scolarisation au primaire est estimé à 90,5% en 2012 contre 75% en 2010  et  56% en 1990 ;

L’Indice de parité Genre pour la scolarisation au primaire, est de 0,87 très proche de 1, le niveau attendu en 2015 ;

La proportion d’enfants de moins d’1 an vaccinés contre la rougeole est de 71,6% en 2013-2014 contre  48% en 2010 ;

La proportion d’accouchements assistés par un personnel qualifié est de  89,8% en 2012 contre 74% en 2010.

Toutefois,  en dépit de ces améliorations substantielles dont le Gouvernement sous votre leadership doit être fier, de gros efforts devront être fournis pour que la croissance économique récemment retrouvée soit inclusive et durable ; qu’elle ne se résume pas uniquement à des chiffres mais qu’elle ait un impact concret sur la vie quotidienne des populations congolaises.

Pour cela, des efforts importants devront être déployés pour :

  • Réduire le pourcentage  de la population vivant sous le seuil de pauvreté, estimé aujourd’hui à plus de 63%;
  • Accroître la participation de la femme dans les institutions et les instances de prise de décision;
  • Abaisser les taux de mortalité infantile et maternelle qui sont aujourd’hui très loin des cibles des Objectif du Millénaire pour le  Développement fixées pour 2015 ;
  • Poursuivre l’amélioration du climat des affaires qui est une condition sine qua non pour la promotion des investissements du secteur privé (183ème rang sur 189 dans le classement Doing Business de 2014);
  • Poursuivre les  réformes institutionnelles et structurelles indispensables ainsi que la lutte contre la corruption.

J’en viens donc à mon second message : le Gouvernement de la RDC a le leadership dans la coordination de l’aide au développement, ce qui implique la création d’un cadre national de concertation consensuel et un fonctionnement optimal des groupes thématiques.

La Revue 2014 est l’occasion d’évaluer où en sont les  reformes-clés, dont les 6 engagements nationaux de l’accord-cadre d’Addis-Abeba ainsi que le système national de planification et de suivi-évaluation. C’est pourquoi, la synergie entre toutes les parties prenantes doit être accrue de même  que la culture de reddition des comptes. Cette synergie doit également s’articuler au sein d’un cadre national consensuel pour  la coordination de l’aide au développement afin de faciliter, d’une part, le dialogue des politiques entre le Gouvernement et les partenaires techniques et financiers et, d’autre part, pour améliorer et rendre plus efficace la coordination et la gestion de l’aide au développement.


Excellence M. le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs,

Mon troisième et dernier message est le suivant : les populations congolaises,  sont les bénéficiaires de l’aide au développement humain durable. Elles doivent être informées des priorités choisies par les autorités nationales et locales, ainsi que des zones et domaines d’intervention. Elles doivent également ressentir les progrès dans leur vie quotidienne pour sortir du cercle vicieux de la pauvreté chronique. Cette appropriation leur permettra d’être de réels acteurs de leur  développement et créera un cercle vertueux.

Dans cette perspective, je me réjouis de voir que la Revue annuelle du DSCRP 2 et du Programme d’Action du Gouvernement devient une pratique institutionnelle et régulière grâce à une appropriation nationale effective tant sur le plan technique que financier. Cette appropriation se concrétise aussi bien dans l’organisation de la présente Revue globale qu’à l’occasion des revues sectorielles tenues aux niveaux central et provincial. Mais cette appropriation implique aussi un transfert de connaissances  et de compétences de la part des partenaires pour répondre aux principes qui président à l’efficacité de l’aide.

Conscients des énormes défis auxquels devra faire face la RDC pour réaliser le DSCRP 2 et faire bénéficier aux populations congolaises des dividendes de la paix restaurée sur l’ensemble du territoire national,  je souhaite que cette Revue globale débouche aussi sur des recommandations pertinentes susceptibles d’améliorer la mise en œuvre des actions prioritaires et orienter les engagements de toutes les parties prenantes au développement du pays.

Je voudrais clore mon propos en remerciant le Gouvernement  et le Ministre du Plan ainsi que les Ministres ayant en charge les secteurs, qui font l’objet de cette Revue Globale, pour leur disponibilité et leur appui aux travaux techniques des revues sectorielles.

Enfin, je voudrais réitérer l’engagement et la ferme volonté des partenaires techniques et financiers  à accompagner le Gouvernement de la RDC et les populations congolaises dans leur marche vers le  développement et le bien-être. Notre forte participation à cette Revue annuelle en est la preuve.

Je souhaite plein succès à vos travaux.
Je vous remercie pour votre attention.