Rencontre entre le Gouvernement et les Bailleurs de fonds sur l’Agenda National de l’Accès pour Tous à une Énergie Durable

03 juil. 2014

Allocution prononcée par Monsieur Michel Balima - Directeur Pays a.i. du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD)

Excellence, Monsieur le Vice-Premier Ministre;

Honorables Députés et Sénateurs ;

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Chefs de Missions Diplomatiques;

Mesdames et Messieurs les Représentants Résidents des Agences des Nations Unies et Chers Collègues;

Mesdames et Messieurs les Secrétaires Généraux de l’Administration Publique;

Mesdames et Messieurs Chefs d’entreprises;

Mesdames et Messieurs, Distingués Invités, en vos titres et qualités respectifs,

C’est un réel honneur pour moi de prendre la parole devant cette  assemblée au nom du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). L’objet de la rencontre de ce jour est le suivant: « Faire avancer l’agenda national de l’accès à l’énergie pour tous et mobiliser les partenariats techniques et financiers pour accompagner la mise en œuvre de la stratégie nationale en RDC». C’est sur cette base que le PNUD a apporté tout son  soutien au Gouvernement pour organiser cette rencontre.

En effet, il  s’agit de poursuivre les actions entamées depuis 2012 avec l’adhésion de la RDC à l’initiative mondiale « Énergie Durable pour Tous » lancée par le Secrétaire Général des Nations Unies pour faire avancer l’agenda du développement durable défini à Rio de Janeiro en 1992 puis relancé vingt années plus tard en 2012.

L’appui du PNUD a permis à la RDC de mesurer le retard accumulé dans le domaine de l’accès pour tous à l’énergie durable ; d’identifier les principaux goulots d’étranglement et  de définir les actions prioritaires à engager dans un cadre stratégique cohérent et dynamique.

Ce diagnostic réalisé à l’échelle nationale a été minutieusement complété par des diagnostics détaillés à l’échelle plus réduite des provinces, territoires et même des villages. Cet exercice a permis d’obtenir une masse d’informations sur le secteur de l’énergie et ses activités connexes dans les 145 territoires de la RDC. Ce travail a débouché sur création d’une base de données précieuse pour le pays qui est compilée dans  l’ATLAS des énergies renouvelables de la RDC (qui sera également présenté, ce matin).

Produit en partenariat avec l’Organisation Néerlandaise au Développement (la SNV), en appui au Ministère des Ressources Hydrauliques et Électricité, cet Atlas des énergies renouvelables est une première en RDC et dans la région. Il est donc une source majeure d’informations dans l’élaboration des politiques de la décentralisation énergétique et un outil essentiel pour attirer les  investissements tant publics que privés dans le développement des énergies renouvelables en RDC pour un meilleur accès des zones rurales et des populations pauvres.

De plus, l’objectif majeur poursuivi par le PNUD dans le secteur énergie est en lien étroit avec son mandat de lutter contre la pauvreté, contre l’exclusion et l’impact négatif du  changement climatique qui affectent à la fois notre population, notre pays et notre planète. Or, nous le savons tous, on n’a pas de planète de rechange : il faut donc en prendre le plus grand soin.

Excellence,

Distingués Invités, en vos titres et qualités respectifs

Favoriser l’accès pour tous à l’énergie durable représente un élément-clé pour assurer un développement humain durable à l’échelle mondiale.

En effet, un accès fiable à l’énergie, à un coût raisonnable, est non seulement un moyen de concourir au développement humain durable – en allégeant la charge qui pèse sur les femmes, en améliorant l’accès aux services, en apportant de l’électricité aux micro-entreprises – mais c’est aussi un moyen de rendre l’agriculture plus productive. L’accès à l’énergie est également essentiel pour attirer des investissements dans des entreprises plus vastes, susceptibles de créer des emplois décents pour les citadins africains dont le nombre augmente rapidement.

Or, aujourd’hui dans le monde, une personne sur cinq n’a pas accès à un réseau d’électricité moderne et près de trois milliards de personnes dépendent du bois, du charbon de bois ou des déchets animaux pour cuisiner et se chauffer. Les techniques rudimentaires et peu efficaces utilisées pour la transformation de ces sources en énergie sont la cause de nombreuses maladies et destructrices de l’environnement.

Fort heureusement, le Gouvernement de la RDC a pris conscience de cette situation de précarité et s’est fixé des objectifs très ambitieux à savoir :

  • Doubler le taux d’accès à l’électricité à l’horizon de 2018, le faisant passer de 9 à 18% ;
  • Lancer de vastes chantiers d’ouvrages hydroélectriques à travers le pays
  • Promouvoir des mesures incitatives avec la nouvelle loi sur l’électricité, que je tiens à saluer.

Ces efforts appréciables méritent d’être soutenus mais aussi étendus dans d’autres domaines comme celui des énergies renouvelables et la décentralisation énergétique.

En effet, ces orientations, désormais ancrées dans la nouvelle loi sur l’électricité, sont le socle de la stratégie nationale de l’accès pour tous à une énergie durable.

C’est pourquoi, le PNUD tient à souligner les nombreux signaux forts que lance le Gouvernement, montrant ainsi sa ferme volonté de prendre en  compte toutes les couches de la population où qu’elles vivent, même dans les zones les plus reculées.

Cette stratégie nationale de l’accès pour tous à une énergie durable est aussi l’illustration de la volonté du Gouvernement de faire bénéficier à l’ensemble de la population des avantages de la croissance économique que le pays récolte depuis cinq années consécutives.

Les défis à relever restent cependant de taille :

  • Mobiliser des capitaux importants issus du secteur privé ;
  • Coordonner l’ensemble des interventions portant à la fois sur les grands ouvrages comme sur les petits, portés par différentes entités tant au niveau central que local;
  • Promouvoir les normes et les politiques en matière d’efficacité énergétique et accroître les investissements axés sur les énergies renouvelables ;
  • Mettre en place un environnement politique propice et développer des capacités nécessaires.

Ce sont là des défis majeurs qui nécessiteront la conjugaison d’efforts de tous les partenaires issus tant du secteur public que privé et de la société civile.  La coopération technique et financière régionale, dont notamment celle du Pool Énergétique de l’Afrique Centrale (PEAC), de la Communauté Économique  de l’Afrique Centrale (CEAC) et de la Région des Grands Lacs, ainsi que la coopération de la communauté internationale seront tout aussi nécessaires pour soutenir les efforts entrepris à l’échelle du pays. Tout ceci exigera un réel et fort engagement politique national et international sur les moyen et long termes.   

Excellence,

Distingués Invités, à vos titres et qualités respectifs

Je terminerai mon propos en félicitant le Gouvernement pour la convocation de cette réunion et pour son agenda national extrêmement ambitieux. En tant qu’agence formellement mandatée par le Secrétaire Général des Nations Unies pour accompagner l’initiative de l’accès pour tous à une énergie durable, le PNUD ne ménagera aucun effort pour continuer son plaidoyer aux côtés du Gouvernement afin de mobiliser les autres partenaires techniques et financiers pour accompagner les efforts de la RDC.

Je vous remercie et souhaite plein succès à ces travaux.