Allocution de M. Adama Coulibaly Directeur Pays PNUD à l'occasion du lancement du Programme Conjoint De Lutte Contre l’Impunité, d’Appui aux victimes de Violences Basées sur le Genre et d’Autonomisation des Femmes à l’Est de la RDC

26 sept. 2013

imageUne poissonnière congolaise à Kindu (Maniema). Crédit: Héloïse Vilain, PNUD, 2007.

Excellence, Madame le Ministre du Genre, de la Famille et de l’Enfant

Excellence, Madame le Ministre de la Justice et Droits Humains

Excellences, Messieurs les Ministres de la Santé, de l’Éducation, des Affaires Sociales, de la Défense, de l’Intérieur, Sécurité, Décentralisation et Affaires Coutumières

Son Excellence Jean-Carol Pelletier, Ambassadeur du Canada

Chers membres du Corps diplomatique et de la Coopération canadienne,

Chers Collègues du Système des Nations Unies,

Mesdames et Messieurs,

Au nom du PNUD, je suis très fier et honoré de participer, aujourd’hui, à la cérémonie de signature qui lance officiellement ce vaste programme conjoint de «Lutte contre l’impunité, d’Appui aux victimes des violences basées sur le Genre et à l’Autonomisation des Femmes à l’Est de la RDC».
 
Ce programme de dix-huit millions de dollars, financé par le Canada et d’une durée de 5 ans, veut contribuer à réduire durablement la prévalence des violences sexuelles en RDC.

Depuis de longues années déjà, le PNUD s’est directement impliqué dans la promotion du Genre en RDC, la lutte contre l’impunité et l’appui à la réinsertion socioéconomique des femmes victimes des Violences Basées sur le sur le Genre. Grâce aux liens de partenariat historiques qu’il a tissés avec les principaux ministères concernés, notamment avec le ministère du Genre, de la Famille et de l’Enfant et celui de la Justice et Droits Humains, et par la mise en œuvre de ce nouveau programme, le PNUD veut consolider son engagement indéfectible contre toutes les formes de violences basées sur le Genre et les violences sexuelles en particulier.

À cet égard, le lancement du Programme conjoint « Lutte contre l’Impunité, Appui aux victimes des violences basées sur le Genre et à l’Autonomisation des femmes à l’Est de la RDC », offre au PNUD et à ses partenaires institutionnels et opérationnels, l’occasion de renforcer la coordination de la mise en œuvre de la Stratégie nationale de lutte contre les VBSG intégrant la lutte contre l’impunité, et d’améliorer sur le terrain, qualitativement et quantitativement les services offerts, que ce soit au niveau de la prise en charge psycho-médicale, de l’accès à la justice et de la réinsertion socioéconomique.

Excellences,

Mesdames et Messieurs,

Ce nouveau Programme Conjoint intègre des leçons apprises de la première génération d’interventions axées sur la lutte contre les violences sexuelles, notamment, «l’Initiative conjointe de prévention et de réponse aux violences sexuelles dans l’est de la RDC», également financée par le Canada et qui se termine fin septembre.

C’est ainsi qu’il s’appuiera également sur une approche holistique offrant l’ensemble des services aux victimes et sur une meilleure coordination de tous acteurs impliqués pour déboucher sur de meilleurs résultats, positifs et structurants pour les victimes.

D’autres projets, tel celui de Renforcement de l’Accès des femmes à la Justice dans les Kivus et en Ituri, que réalise également le PNUD sur financement suédois, ont favorisé d’importants progrès qui se traduisent par l’utilisation de plus en plus évidente des mécanismes de protection juridiques et judiciaires par les communautés locales ainsi que par l’amélioration de l’offre des services des institutions judiciaires (police judiciaire, parquets et cours et tribunaux).

Par exemple, dans certaines zones couvertes par ce projet, le délai moyen de traitement des dossiers portant sur les violences sexuelles pendant la phase préliminaire (transfert de cas de la police au parquet) est passé de 9 à environ 6 jours.

Parmi les leçons apprises des premières initiatives de Lutte contre les violences sexuelles, celle-ci nous interpelle particulièrement : certaines formes de violences sexuelles et basées sur le Genre persisteront tant que le statut de la femme n’évoluera pas profondément. Autrement dit, toute la société congolaise, hommes et femmes, est concernée par l’équité Genre.

C’est pourquoi, ce nouveau Programme Conjoint consacrera davantage de ressources à la prévention et la sensibilisation, via la mise en œuvre d’une stratégie sectorielle Genre appliquée de manière transversale afin de lutter contre les stéréotypes sexistes et les inégalités hommes-femmes qui freinent l’autonomisation des femmes en général, et plus particulièrement les victimes de violences.

Mais cette équité Genre se conjuguera également avec une stratégie de communication novatrice portant sur les changements de comportements qui sera déployée à l’échelle nationale via des sessions d’information, de sensibilisation et de formation réalisées en partenariat avec les établissements scolaires, les universités et en s’appuyant sur différents types de médias, tels que  les radios communautaires. Tant les hommes que les femmes seront ciblés, qu’ils soient leaders de différentes sphères d’activités, politique, sociale, économique, artistique, communautaire, étudiant, parents, éducateurs, etc.

Le PNUD assurera la coordination des nombreuses parties prenantes à  ce Programme en privilégiant la concertation, notamment entre les différentes agences onusiennes impliquées (FNUAP, UNESCO, BCNUDH et la FAO). Cette complémentarité renforcera la synergie selon les principes et les valeurs du « ONE UN - ONE VOICE ».

De plus, cette concertation et coordination seront en harmonie avec les priorités de la Stratégie nationale de Lutte contre les VBSG. Une vision commune s’en dégagera et s’étendra à tous les partenaires, institutionnels et opérationnels, afin d’optimaliser les résultats de ce nouveau Programme.

Excellences,

Mesdames et Messieurs,

Je voudrais exprimer mon admiration et ma profonde compassion envers les femmes, les hommes, les filles et les enfants victimes de toutes ces formes de violences : pour leur courage, leur résilience et leur capacité à se relever dans la dignité et à entreprendre une nouvelle vie. Leur force silencieuse et leur détermination sont pour le PNUD et ses partenaires une immense source d’inspiration et de motivation dans le travail d’appui et d’accompagnement de leurs efforts qui nous attend dans les prochaines années.

Enfin, j’exprime ma gratitude à ceux et celles qui ont contribué à la mise sur pied de ce vaste Programme contre les violences sexuelles et basées sur le Genre, dans un climat de coopération, de respect mutuel et de partenariat constructif.

Je vous remercie.