Allocution de Mme Barbara BENTEIN, Coordonnateur résident par interim des activités Opérationnelles du Système des Nations Unies en RD Congo, à l'occasion de la cérémonie officielle d'ouverture des travaux de l'atelier de validation du rapport analytique sur les consultations nationales pour l'agenda international pour le développement post 2015

18 sept. 2013

Excellence, M. le Ministre du Plan et suivi de la mise en œuvre de la révolution de la modernité,

Excellences Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement,

Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et chefs de Mission de Coopération, Organisations internationales et Agences du Système des Nations Unies,

Mesdames et Messieurs, les représentants des Autorités provinciales,

Mesdames et Messieurs les représentants des Organisations de la Société civile, des Universités et centres de recherches,

Mesdames et Messieurs, en vos titres et qualités

C’est avec un réel plaisir que je prends la parole aujourd’hui, au nom de mes collègues des Institutions des Nations Unies, et d’une façon générale, au nom des partenaires de la RD Congo, à la cérémonie d’ouverture des travaux de validation du Rapport Analytique des consultations nationales pour l’agenda international pour le développement Post 2015.

Cette rencontre est pour nous très importante, car elle clôture un processus de réflexion, de discussions, d’échanges à travers une série de consultations au niveau de toutes les provinces du pays.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Il y a juste 10 mois, que nous lancions avec le Gouvernement et les partenaires techniques et financiers, le processus consultatif pour la formulation de la contribution de la RDC au processus global d’élaboration de l’agenda international pour le développement Post de 2015.

A l’instar des 49 pays pilotes désignés par les Nations Unies pour cet exercice, les acteurs de la République Démocratique du Congo, toutes couches socioéconomiques confondues, se sont mobilisés  pour conduire ce processus consultatif suivant une dynamique participative et inclusive.

Au total, plus 615 acteurs venus de toute les communes urbaines et de tous les territoires ruraux y ont pris part.

L’énergie positive développée par toutes ces forces vives a eu, comme l’on s’y attendait, pour résultat la production d’une impressionnante moisson d’idées et de propositions consignées dans le rapport synthèse qui nous sera présenté incessamment.

C’est la raison pour laquelle je voudrais au nom du des partenaires et du Système des Nations Unies, féliciter les autorités de la RDC, dont la volonté politique augure de votre  engagement résolu, dans la recherche de solutions idoines, aptes à positionner la RDC sur une trajectoire de pacification, d’émergence et de développement.

Aussi, voudrais-je féliciter sincèrement, le Ministre du Plan  dont l’engagement personnel et bien sûr celui de ses services tant centraux que provinciaux, ont été déterminant pour la bonne conduite du processus consultatif.

Enfin et non des moindre, je voudrais de rendre hommage, à toutes les parties prenantes sans la contribution desquels, la réalisation de ce travail ne serait pas possible.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

La RDC continue à jouer un rôle important pour l’avènement ou la conduite des initiatives internationales. Je ne citerai que l’une des plus récentes, à savoir le New Deal pour l’engagement dans les pays fragile et dans la même lignée, le g7+ dont la Présidente était en visite de travail à Kinshasa, il y a quelques semaines.

Si j’ai tenu à faire allusion au New Deal, c’est précisément parce que cette initiative reste étroitement complémentaire, à celle dont la validation du rapport analytique nous réunit aujourd’hui.

Le New Deal constitue une nouvelle approche de la communauté internationale sur les questions de consolidation de la paix et d’édification de l’Etat dans la perspective de l’atteinte des objectifs de la Déclaration du Millénaire.

Comme vous le savez en effet, depuis l’adoption des OMD en l’an 2000, de nombreuses évolutions ont marqué la marche des sociétés humaines. La problématique de la pauvreté est devenue plus fluide, et de plus en plus liée aux problèmes d’inégalité et de discrimination qui affectent un grand nombre de personnes vulnérables et exclues.

Par ailleurs, de nouveaux défis liés au changement climatique,  à la croissance démographique, à l’emploi des jeunes, aux migrations, et à l’urbanisation ont pris de l’importance,  imprévu il y a 15 ans.

C’est pourquoi, le Secrétaire Général des Nations Unies a lancé cette initiative en indiquant, que la communauté internationale doit continuer à apporter son soutien à l’accélération de la réalisation des OMD, pendant que les débats sur le programme de développement qui leur succèdera après 2015, doivent déjà être entamés.

Les consultations nationales dont les résultats nous seront présentés aujourd’hui ont eu pour objectif de favoriser un débat participatif et inclusif. Le but poursuivi par les Nations Unies  a été qu’elles servent de base  et fournissent des idées pour :

  • créer une vision mondiale commune de l’avenir que nous voulons, et formuler des recommandations claires à l’attention des gouvernements, de la société civile et des parties prenantes au sens large ;
  • amplifier les voix des pauvres et autres groupes exclues des processus de négociations officielles ; et
  • appuyer les processus intergouvernementaux de sorte qu’ils soient conformes aux aspirations de la société toute entière pour l’action au-delà de 2015.

Je voudrais ici vous féliciter de ce que les consultations, par de-là leur caractère national, car ayant couvert l’ensemble des Provinces de la RDC, ont été largement participatives et inclusives. Tous les acteurs nationaux du développement (gouvernementaux et non-gouvernementaux) autant que les partenaires extérieurs, y ont contribué.  Et les recommandations qui en sont issues sont fort pertinentes.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Le dialogue et les recommandations ont permis  aux congolais d’apprécier leurs conditions de vie, et d’anticiper l’avenir de leur société à travers une vision holistique de leurs responsabilités propres sur les voies et moyens pour gagner la seule guerre qui vaille pour une nation moderne : celle de la lutte contre la pauvreté et et pour un développement équitable et durable.

Les recommandations sont inscrites en droite ligne des orientations des chefs d’Etat et Gouvernement issues de Rio 2012, à savoir que les objectifs du nouvel agenda international devraient s’appuyer sur les OMD, mais en prolongeant la perspective du développement de plusieurs longueurs.

C’est ainsi que nous comprenons la pertinence  de recommandations relatives à la consolidation de la paix, à la promotion de la bonne gouvernance et au renforcement institutionnel, à l’accès équitable et universel  aux services sociaux de base, à la promotion des droits humains, de l’état de droit, de la croissance économique inclusive, de l’emploi décent et du développement durable.

Pour terminer, je voudrais vous assurer que le Système des Nations Unies mettra tout en œuvre pour soutenir le Gouvernement dans son rôle de pilote, de coordination et de mise en œuvre de ses plans nationaux et sectoriels mais également des recommandations du cadre de développement de l’après-2015.

Ce soutien, nous l’étendrons également aux organisations non gouvernementales, aux parlementaires, aux médias, aux institutions académiques, en étroite coopération avec les autres partenaires techniques et financiers.

Je vous remercie pour votre aimable attention.