Impact socio-économique du virus Ebola dans le territoire de Boende

6 mai 2015

L’Afrique vient de traverser une année 2014 caractérisée par une forte épidémie de la maladie à virus Ebola. Plusieurs pays ont été touché par cette épidémie parmi lesquels, le Liberia, la Sierra Leone, la Guinée et la République Démocratique du Congo. En Afrique de l’Ouest, la localisation de l’épicentre en milieu urbain de certains pays a favorisé une propagation rapide et causé davantage de ravages en termes de mortalité et d’autres dégâts collatéraux dans les unités familiales et au sein des communautés entières. Les impacts économiques et sociaux seront encore ressentis longtemps même après la fin officielle de cette maladie.

 En RDC,  ce nouvel épisode a surgi à Lokolya dans le secteur de Djera dans la province de l’Equateur. Le défi et l’approche des interventions étaient de contenir le virus dans le secteur de Djera tout autour de Lokolya et éviter  à tout prix la propagation du virus vers les villages environnants et même la cité urbaine de Boende.

Nous sommes heureux d’avoir constaté une mobilisation de tous les acteurs ponctuée par  une excellente coordination orientée vers le développement  de la complémentarité et la mutualisation des efforts. Une réponse à la hauteur de l’enjeu. Sous cette impulsion, les résultats n’ont pas tardé à être visibles ; une maitrise du virus dans son épicentre en l’espace de trois mois. Un record par rapport aux épidémies/cycles précédentes. C’est le moment de louer l’engagement du Gouvernement et des partenaires.

 Ces résultats semblent précaires tant que les germes d’un nouvel épisode, notamment la grande pauvreté, continueront à sévir dans le contexte d’une économie d’exploitation directe des écosystèmes notamment la forêt. Il est donc import de renforcer la résilience communautaire pour transformer les conditions de vies des communautés.

 L’intérêt est de dépasser le caractère urgent des actions pour mettre en place les fondements d’un développement durable. Telle a été l’ambition de cette étude, celle de susciter l’intérêt de tous les acteurs afin de trouver une nouvelle opportunité de déploiement des actions dans cette région pour y développer des interventions porteuses. Le succès serait davantage garanti en y allant en masse, dans une coordination et une chronologie des actions réaliste et efficace.

 Aussi, le moment est favorable et s’y prête mieux pour plusieurs raisons ; les communautés attendent la concrétisation des espoirs suscités par la vigueur de la riposte et le souci d’en finir avec l’une des épidémies les plus meurtrières. Cet élan qui ne doit pas s’éteindre à la période post-Ebola rencontre la conscience des communautés prêtes à participer et s’approprier les interventions, gage de relèvement communautaire durable.
 En RDC,  ce nouvel épisode a surgi à Lokolya dans le secteur de Djera dans la province de l’Equateur. Le défi et l’approche des interventions étaient de contenir le virus dans le secteur de Djera tout autour de Lokolya et éviter  à tout prix la propagation du virus vers les villages environnants et même la cité urbaine de Boende.

 Nous sommes heureux d’avoir constaté une mobilisation de tous les acteurs ponctuée par  une excellente coordination orientée vers le développement  de la complémentarité et la mutualisation des efforts. Une réponse à la hauteur de l’enjeu. Sous cette impulsion, les résultats n’ont pas tardé à être visibles ; une maitrise du virus dans son épicentre en l’espace de trois mois. Un record par rapport aux épidémies/cycles précédentes. C’est le moment de louer l’engagement du Gouvernement et des partenaires.

 Ces résultats semblent précaires tant que les germes d’un nouvel épisode, notamment la grande pauvreté, continueront à sévir dans le contexte d’une économie d’exploitation directe des écosystèmes notamment la forêt. Il est donc import de renforcer la résilience communautaire pour transformer les conditions de vies des communautés.

 L’intérêt est de dépasser le caractère urgent des actions pour mettre en place les fondements d’un développement durable. Telle a été l’ambition de cette étude, celle de susciter l’intérêt de tous les acteurs afin de trouver une nouvelle opportunité de déploiement des actions dans cette région pour y développer des interventions porteuses. Le succès serait davantage garanti en y allant en masse, dans une coordination et une chronologie des actions réaliste et efficace.

 Aussi, le moment est favorable et s’y prête mieux pour plusieurs raisons ; les communautés attendent la concrétisation des espoirs suscités par la vigueur de la riposte et le souci d’en finir avec l’une des épidémies les plus meurtrières. Cet élan qui ne doit pas s’éteindre à la période post-Ebola rencontre la conscience des communautés prêtes à participer et s’approprier les interventions, gage de relèvement communautaire durable.

Priya Gajraj
Directeur Pays PNUD
 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Congo (République démocratique du) 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe