Lancement officiel du Rapport National sur le Développement Humain

26 févr. 2015

La RDC passerait du 187ème rang au 174 ème  et gagnerait ainsi 13 place

Kinshasa, le 26 février 2015 : "Cohésion nationale pour l’émergence de la République Démocratique du Congo" est le thème du Rapport National sur le Développement Humain (RNDH 2014) lancé officiellement par le PNUD. La cérémonie a été présidée par Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, M. Matata Ponyo.

Le RNDH 2014 est l’une des grandes publications parrainées par le PNUD. Le RNDH 2014  dresse un état des lieux du développement humain en RDC. Il ouvre également le dialogue sur l’épineuse question de la cohésion nationale et de l’émergence de la RDC. En effet, ces deux priorités illustrent la volonté des autorités de rompre définitivement avec les cycles de violences que connaît le pays ; d’assurer la réconciliation, la paix et de s’acheminer vers un développement durable.  Des recommandations et des pistes de solutions sont proposées.

Selon le RNDH 2014, l’évolution des tendances du développement humain en RDC montre que, si les données nationales récentes étaient prises en considération, le niveau de l’Indice de Développement Humain (IDH) en 2013 se situerait à 0,414 contre 0,338 calculé par le Rapport Mondial sur le Développement Humain. En conséquence, la RDC aurait gagné 13 places dans le classement mondial, passant du 187ème au 174ème rang.

Toutefois, ce niveau de l’IDH demeure faible et le pays devra maintenir un rythme annuel élevé de progression afin de répondre à ses impératifs d’émergence à l’horizon 2030. Ainsi, le RNDH 2014 préconise  la nécessité de mettre en place des stratégies efficaces assorties d’investissements importants dans les secteurs prioritaires (santé, éducation, revenu) pour améliorer le niveau de développement humain; l’urgence d’accélérer la transition sociale pour réduire les inégalités;  et l’importance d’investir dans les statistiques pour disposer de données récentes susceptibles de renseigner sur l’impact des efforts engagés au niveau national.

L’analyse de la cohésion nationale pour l’émergence de la RDC, menée dans une approche multi- et transdisciplinaire, révèle globalement : la faiblesse et la fragilité de la cohésion nationale dans toutes ses dimensions politique, économique et socioculturelle; l’absence d’une articulation spécifique de l’émergence qui tienne compte du pays; et enfin, la prééminence de risques (facteurs destructeurs) sur les opportunités (facteurs constructifs) de la cohésion nationale qui réduisent les possibilités d’émergence et de développement humain du pays.

En conclusion, il ressort du RNDH 2014 que : « La cohésion nationale est le pilier clé de l’émergence de la République Démocratique du Congo. Pour maximiser les chances de son émergence et du développement humain, le pays devrait se doter d’une stratégie de gouvernance d’avenir dans toutes ses composantes (politique, économique, socioculturelle) et tous les acteurs, tant nationaux qu’internationaux, doivent jouer leur rôle dans la définition et la mise en œuvre de cette stratégie».

Cette stratégie de gouvernance d’avenir pour la cohésion nationale, l’émergence et le développement humaine en RDC se décline à travers des pistes de solutions suivantes :  

En matière de gouvernance politique : Enraciner et institutionnaliser les valeurs démocratiques; Légitimer les institutions et équilibrer les pouvoirs; Promouvoir l’État de droit et la Justice; Instaurer l’éthique politique, et faire émerger les valeurs de civisme et de patriotisme; Accélérer la mise en œuvre des réformes administratives et judiciaires, ainsi que le processus de la décentralisation; Promouvoir une diplomatie de développement.

En matière de gouvernance économique : Mettre en place un dispositif institutionnel de coordination, de pilotage et de suivi du processus d’émergence économique pour l’efficacité des politiques et programmes y afférents ; Entretenir et consolider la croissance économique en diversifiant ses sources et en lui conférant un caractère endogène et inclusif; Renforcer le capital humain, définir les rôles des principaux acteurs de l’émergence et leur donner les moyens de leur action (État, secteur privé, société civile, partenaires techniques et financiers, etc.); Renforcer la coordination dans la gestion des ressources naturelles (inventaire, gestion durable, clauses de sauvegarde des droits pour les générations futures, etc.) ; Assurer un aménagement équitable du territoire ; Lutter avec acharnement contre la corruption.

En matière de gouvernance socioculturelle : Édifier une société cohésive et émergente dans la diversité communautaire ; Promouvoir une économie sociale pour limiter l’extrême pauvreté et l’exclusion en capitalisant les efforts observés dans le secteur informel ; Accroître l’accès de la population aux services sociaux de qualité; Réviser le rôle de l’éducation pour renforcer l’adéquation formation-emploi; Promouvoir la spécialisation des provinces par la valorisation des avantages comparatifs conférés par les potentialités ; Institutionnaliser la parité entre les sexes dans tous les secteurs ; Construire une conscience et une identité collective autour des valeurs cardinales que sont : le nationalisme, l’honnêteté, la probité, la rigueur, l’abnégation et le leadership.

 

Pour plus d’informations, veuillez contacter l’Unité des Politiques et Stratégies du PNUD : Ernest Bamou (Économiste Principal) +243 971879075; Jean-Paul Boketsu (Économiste National) +243 992392272.

Les Rapports nationaux sur le développement humain produits par le PNUD sont des outils servant au débat politique national. Ils visent à placer le développement humain dans les priorités de l'agenda politique national. Ils s'attachent aux thèmes spécifiques faisant l’objet de débats sur le développement et offrent de nouveaux outils de mesure, des analyses novatrices ainsi que des recommandations politiques. Leur élaboration est régie par des principes fondamentaux rigoureux notamment l’appropriation nationale, l’autonomie d’analyse, la recherche de la qualité dans les analyses ainsi que l’approche participative et inclusive.


PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Congo (République démocratique du) 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe