Passer de l’urgence humanitaire au relèvement durable des communautés

06 août 2014

Le Bureau-PNUD en Ituri a organisé un atelier pour élaborer les critères de Résilience et de Relèvement communautaire Immédiat en Province Orientale. Les provinces de l’Est du pays sont très concernées par les crises humanitaires à répétition. Toutefois, après la clôture des projets d’urgence, les communautés ne sont pas résilientes et ne se dirigent pas vers un développement humain durable. Cet atelier a donc analysé comment les humanitaires peuvent mieux travailler en synergie dans l’urgence afin d’aider les communautés à se relever de ces crises.

Depuis  des décennies, l’Est du pays est frappé par de nombreuses crises humanitaires. Après l’urgence, malheureusement, la transition vers le relèvement communautaire ne s’opère pas, faute de  financement et de capacités de résilience des communautés.

L’aide humanitaire est pilotée par des comités sectoriels, appelés « clusters », conduits par des agences de l’ONU et appuyés par des ONG. Ils exécutent les fonds alloués aux zones en conflit et post-conflit. Après les Nord et Sud-Kivus, la réflexion s’est poursuivie en Province Orientale.

L’atelier de Bunia a donc rassemblé les représentants de 7 clusters : MEDAIR (Santé) ; COOPI et UNHCR (Protection) ; UNICEF (Nutrition, Education, Hygiène et Assainissement, Articles Ménagers Essentiels et Abris) ; le PAM et la FAO (Sécurité Alimentaire) ; OCHA et le bureau du PNUD de Bunia.

Les objectifs  de cet atelier, animé par Clément Lachenal-Chevallet, Conseiller en résilience au PNUD-RDC, venu de Kinshasa, étaient les suivants :

  • Comprendre comment chaque participant pourrait mieux intégrer les approches résilience et relèvement communautaire dans leur réponse humanitaire en Province Orientale;
  • Analyser comment ces efforts de transition des humanitaires  soutiennent les moyens de subsistance des ménages, communautés et institutions. Ces leviers de pérennisation sont à la fois humains, sociaux, financiers, politiques, matériels et naturels ;
  • Réfléchir ensemble à des critères intersectoriels pouvant servir de référence pour élaborer des actions conjointes et ce, afin de contribuer à un relèvement plus durable pour les bénéficiaires.

Les contributions des clusters ont permis d’identifier des critères multisectoriels de transition que le PNUD compile via sa composante Moyens d’Existence Durable (MED).  Ce travail devrait compléter l’évaluation des besoins humanitaires (prévue fin 2014) et le Plan de Réponse Stratégique correspondant, qui  poseront le cadre de l’aide humanitaire en RDC pour 2015.

Pour plus d'informations, veuillez consulter

Gaston Asitaki, chef de bureau a.i. Bureau du PNUD à Bunia: gaston.asitaki@undp.org