Atelier de formation pour promouvoir la transparence financière des institutions de microfinance, de crédit et d’épargne, secteur vital de l’économie en RDC

29 avr. 2014

image

Cet atelier de formation sur le thème " Transparence, Reporting et Inclusion financière en RDC", rassemble les représentants de près de 70 coopératives d’épargne (COOPEC), de crédit et d’institutions de micro finance (IMF) ainsi que les délégués de deux associations professionnelles du secteur (APROCEC et ANIMF). Il vise à sensibiliser à la culture de la transparence et aux outils du reporting."

Une meilleure transparence dans les activités des institutions de microfinance et dans le reporting de leurs données permet aux IMF/COOPEC d’avoir une meilleure gestion, d’améliorer leur visibilité auprès des investisseurs et de leurs partenaires. Elle contribue ainsi à faciliter leur mise en relation d’affaires avec des organismes bailleurs de fonds et des structures de microfinance. Le reporting de leurs données permet également aux IMF/COOPEC de comparer leurs performances avec celles de leurs pairs ; ce qui constitue un excellent moyen d’évaluer leurs forces et leurs faiblesses, et permet ainsi d’offrir de meilleurs services, en terme de qualité et de pérennité. Ce qui contribue à (re)gagner la confiance des petits déposants.

L’épargne et le crédit sont des outils majeurs du développement humain durable. Car ils permettent aux populations vulnérables d’épargner, d’améliorer leurs revenus, de dégager un bénéficie de leurs activités grâce auquel, elles pourront ensuite scolariser leurs enfants, accéder aux soins de santé et sortir du cercle vicieux de la pauvreté chronique.

Fin 2012, en RDC, on a recensé 149 structures financières de proximité dont 126 COOPEC et 23 IMF, avec une forte concentration dans le Nord-Kivu, le Sud-Kivu et Kinshasa ; plus d’un million de comptes y ont été ouverts, dont 52,7% détenus par les femmes.

Cet atelier de formation est une initiative des associations professionnelles du secteur de la micro finance avec l’appui du programme conjoint PASMIF (Programme d’Appui à la micro finance), du PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement), de l’UNDCF (UN Capital Development Fund),  des Coopérations belge et suédoise ainsi que du Programme de Développement des Systèmes financiers de la GIZ (Allemagne). L’atelier sera facilité par le Mix Market.

La Banque Centrale du Congo (BCC) est concernée par le secteur de la micro finance car c’est elle qui donne l’agrément aux institutions de micro finance et aux coopératives d’épargne et de crédit. Elle assure aussi la supervision et le contrôle de ce secteur, en évaluant la qualité du reporting des indicateurs de performance et la transparence des données financières.

Autre sujet qui sera abordé au cours de cet atelier : le MIX Market (www.mixmarket.org) qui est une plateforme mondiale où les structures de micro finance peuvent communiquer leurs données, leurs performances, les comparer avec celles de leurs pairs et analyser comment améliorer le service à la clientèle. En RDC à ce jour, 26 institutions de micro finance, de crédit et d’épargne « seulement » ont posté leurs données sur cette plateforme. Il s’agit donc de renforcer les capacités des acteurs de la micro finance et promouvoir la transparence financière, ce qui sera tout bénéficie pour (re)gagner la confiance des petits déposants et améliorer les conditions de vie des populations plus vulnérables.

Contact

Monah ANDRIAMBALO (Coordination PASMIF)
monah.andriambalo@undp.org

Téléchargez ce document
  • Communiqué de presse