Droit à la santé: zéro discrimination pour une génération sans sida

2 déc. 2017

Danila a courageusement témoigné de son parcours transgenre lors de la célébration de la journée de lutte contre le Sida à Kinshasa

Après 3 décennies de lutte contre la pandémie d’infection Sida les expériences ont confirmé l’importance de la promotion et la protection des droits de l’homme en général et du droit à la santé en particulier. La connaissance de ces droits représente une composante essentielle de la prévention de la transmission du VIH/SIDA et de la diminution de ses conséquences néfastes sur les personnes touchées.

Malgré les avancées sensibles enregistrées sur le plan technologique et médical, la région de l’Afrique centrale et de l’Est, présente encore des fortes barrières au plan épanouissement du droit à la santé et à la protection des populations vulnérables vis-à-vis du VIH telles que les femmes, les enfants, les personnes déplacées, les professionnels de sexe, les prisonniers, les toxicomanes par voie intraveineuse, les personnes vivant avec handicap, les prisonniers et le groupe L.G.B.T.

Dans certains pays comme en RDC, l’environnement juridique exerce encore une influence négative sur l’épidémie du VIH Sida. Cet environnement juridique punit plutôt qu’il ne protège les personnes touchées et empêche d’atteindre l’objectif « zéro discrimination » pour une génération sans SIDA. La République Démocratique du Congo figure parmi les 4 pays les plus affectés de l’Afrique de l’ouest et du centre et compte parmi les 22 pays qui supportent les 90% de besoins non couverts de la prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant ; 420.000 personnes y vivent avec le VIH sans compter plus ou moins 26.000 décès et on enregistre chaque année près de 19.000 nouvelles infections et près de 26.000 décès

La célébration de la journée mondiale de lutte contre le VIH constitue chaque année un temps important de sensibilisation et de lutte contre le VIH Sida. Cet évènement a été placé cette année sous le thème « le droit à la santé » par le secteur de la justice dans la riposte au VIH en République démocratique du Congo. Les personnes représentant des populations les plus susceptibles d'être touchées par le Sida ont courageusement témoigné ors de la célébrations. Parmi elles, Danila, transgenre: "Mon parcours de vie a été difficile, j'ai été rejetée par une partie de ma famille et par la communauté à cause de mon orientation sexuelle. Traitée de sorcière, je n'ai pas la paix en tant que transgenre. J'ai même dû vivre à la rue pendant deux ans. Mais je me suis battue pour étudier et décrocher un diplôme universitaire. Aujourd'hui je suis assistante sociale et je donne mon soutien aux autres. C'était important pour moi de témoigner aujourd'hui: je demande à la société de nous laisser en paix, j'encourage les homosexuels à s'accepter et à dénoncer en justice tout abus contre leurs droits"  

Un cadre légal approprié indispensable contre le VIH

Lors de la célébration à Kinshasa ce 2 décembre, le Ministre de la Justice a souligné que « Le meilleur moyen d’atteindre les objectifs de santé public est de promouvoir le droit à la santé pour tous en mettant un accent particulier sur les personnes dont le bien être physique, mental, ou social est vulnérable. La réalisation du droit à la santé exige que l’on tienne également compte des inégalités qui sont des violations des droits humains des femmes et des hommes et les rendent plus vulnérables. »

Le Directeur Pays ad interim du PNUD a quant à lui rappelé au public que « Le PNUD s'est engagé à réduire les inégalités et à promouvoir l'inclusion. A cet effet, Le PNUD travaille avec ses partenaires pour lutter contre la stigmatisation et la discrimination et supprimer les lois punitives. Il s’agit par ce biais de permettre à la population d’avoir un accès universel aux services de santé et aux services sociaux de base. »

En RDC depuis 2012 le PNUD soutient le Gouvernement à travers le Programme National Multisectoriel de Lutte contre le Sida (PNMLS) et le Ministère de la Justice dans la promotion d’un cadre légal favorable. Ce cadre doit faciliter l’accès aux services de santé et aux services sociaux des personnes infectées et affectées par le VIH et certaines populations marginalisées.

Au niveau mondial, le PNUD assure le leadership de la Commission mondiale sur le VIH et le droit qui se réunit au nom du Programme commun des Nations Unies sur le VIH / SIDA (ONUSIDA). Au cours de la période 2010-2012, la Commission mondiale a été créée et a entrepris des recherches approfondies, des consultations, des analyses et des délibérations pour examiner les liens entre les questions juridiques et les réponses au VIH. Depuis la publication en juillet 2012 de l'examen et du rapport complets de la Commission sur le VIH et le droit qui est intitulé ‘Risques, Droits et Santé’, le PNUD appuie la phase de suivi.
La célébration de la journée mondiale contre le Sida à Kinshasa, qui s’est déroulée au PNMLS, a été marquée par l’inauguration d’une clinique juridique, les témoignages de personnes vivant avec le VIH et la présentation des premières tendances de l’étude INDEX STIGMA 2017 sur les groupes de personnes exposés au VIH. 


 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Congo (République démocratique du) 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe