Sud Kivu : un nouveau projet au profit des populations vulnérables

6 juin 2017

Cérémonie de pose de la première pierre du bureau de groupement de Kamanyola par le Mwami de Ngwese, en présence de l'ambassadeur du Japon. Crédit photo: PNUD RDC / Aude Rossignol / 2017

Dans la plaine de la Ruzizi, les populations vulnérables de Luvungi et Kamanyola vont bénéficier d’un projet de réinsertion sociale financé par le Japon et le PNUD. Cette région est marquée par l’insécurité et des déplacements de populations, dont des réfugiés du Burundi. Cette nouvelle initiative de stabilisation est donc la bienvenue pour renforcer la cohésion sociale et stimuler le développement socio-économique.  

Plusieurs activités sont prévues dans le cadre de ce projet : Renforcement des capacités de l’administration, construction et équipement des bureaux du groupement de Kamanyola et Luvungi, appui à deux radios communautaires, réhabilitation de 40 km de route de desserte agricole… Ces différentes actions emploieront de la main d’œuvre locale, ce qui permettra de générer des revenus et de l’épargne pour la création de microentreprises. Le projet soutiendra également la prévention et la lutte contre les infections sexuellement transmissibles et le VIH SIDA via des modules de formation.  Ce projet est exécuté par le PNUD grâce au financement du Japon d’un montant de 1 million de dollars américains. Le PNUD apporte une contribution de 150 000 dollars.

La cérémonie officielle de lancement de ce projet de Stabilisation sociale et protection des groupes vulnérables a eu lieu dans les communautés de Kamanyola et Luvungi le 29 mai. L’évènement s’est tenu en présence de l’Ambassadeur du Japon, du Directeur Pays Adjoint au Programme du PNUD et du Gouverneur de la province.

Pour Alfredo Teixeira, directeur Pays Adjoint au programme, « le financement du Japon met en évidence non seulement la qualité du partenariat qui le lie au PNUD mais également l’engagement du Japon aux côtés du Gouvernement congolais dans la recherche des voies propices à l’attente des objectifs de développement durable ».

La stabilité au Sud Kivu, une priorité du Japon

Son Excellence Monsieur l’ambassadeur Hiroshi KARUBE a déclaré que « Ce projet rentre dans le cadre de la priorité de la Coopération Japonaise pour la République Démocratique du Congo, conformément aux prescrits de la Conférence Internationale de Tokyo sur le Développement Africain (TICAD VI), tenue à Nairobi en août 2016, en présence de Monsieur Shinzo ABE, Premier Ministre du Japon. Ce projet fait suite à celui inauguré à Idjwi, dénommé « Rapid Response for the Social Cohesion and Economic Recovery in South Kivu and Ituri », en vue de compléter et maximiser les résultats au Sud-Kivu ».

Le Gouverneur de la province du Sud Kivu a profité des cérémonies pour lancer un plaidoyer auprès de la population pour stabiliser la zone. « Beaucoup de choses se sont passées dans la plaine par manque de vision sur la paix et la stabilité. Il nous appartient à présent d’y veiller ! Les conditions de réussite de ce projet sont la paix, la cohésion sociale et la stabilité de la région. Chers citoyens c’est à vous de dire à vos enfants que nous avons besoin de paix et qu’en retour nous aurons des programmes d’aide pour la plaine de la Ruzizi. »

Le projet exécuté par le PNUD en synergie avec les autorités provinciales et locales du Sud  Kivu sera mis en œuvre en partenariat avec plusieurs acteurs, notamment les ONG nationales, les entreprises spécialisées, les ONG internationales, ainsi que les services étatiques. Conçu pour une durée de 12 mois, ce projet verra les activités se réaliser dans les deux groupements de Kashenyi / Kamanyola et de Itara / Luvungi.

 

----

Aude Rossignol

 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Congo (République démocratique du) 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe