Développement de la RDC : une réforme de l’aménagement du territoire incontournable

15 mai 2017

La République démocratique du Congo enregistre des tensions récurrentes dans l’exploitation de son territoire. Il s’agit particulièrement de la problématique qui oppose la conservation de la nature et l’exploitation des ressources forestières, minières et des hydrocarbures. Un mécanisme de médiation pour apaiser ces tensions compromettantes pour le développement humain durable est une étape primordiale pour la RDC. Dans cette perspective, une réforme de l’aménagement territoire est en cours.

En effet, un nouveau programme de réforme de l’Aménagement du Territoire (AT) a été lancé ce 15 mai par la République démocratique du Congo. Ce programme devra donner lieu à la mise en œuvre d’ici 2020 d’une nouvelle gouvernance territoriale et d’une utilisation plus rationnelle des ressources naturelles dans une perspective durable. Les deux principaux objectifs de ce programme sont l’établissement d’une méthode de mise en œuvre de la réforme de l’AT et le plaidoyer pour le soutien à cette réforme.

La RDC a fait le choix, au travers de sa stratégie nationale de réduction des émissions dues à la déforestation et dégradation des terres (REDD+), d’allier développement et préservation des ressources naturelles, dont particulièrement ses forêts qui sont d’une diversité riche et variée.

Financé à hauteur de 4 millions USD, pour une période de 4 ans, par l’Initiative pour les Forêts de l’Afrique Centrale (CAFI) avec le financement de la Norvège et au travers du Fonds National REDD+ (FONAREDD), le programme portant réforme de l’Aménagement du territoire s’articule autour de trois grands volets suivants:

  • Volet Juridique et réglementaire qui vise l’élaboration de la politique nationale de l’Aménagement du Territoire ;
  • Volet Institutionnel et organisationnel qui couvrira les aspects liés au renforcement des capacités des parties prenantes dont l’administration du Ministère au niveau central et en provinces ciblées ;
  • Volet Technique, le plus important de tous, permettra d’assurer l’élaboration des outils de base de l’opérationnalisation de la politique de l’aménagement du territoire dont notamment le schéma national et provincial de l’aménagement du territoire.

 

La réforme de l’aménagement du territoire devrait ouvrir une nouvelle ère de dialogue et de négociations multi-acteurs dans les affectations des terres et dans l’utilisation de l’espace. Dans cette perspective Mme Priya Gajraj, Directeur Pays du PNUD, a souligné dans son discours d’ouverture de l’atelier que « La réforme de l’aménagement du territoire nécessite la mise en œuvre d’une nouvelle gouvernance. Il est en effet primordial de définir ensemble les ambitions de développement du pays et de mobiliser les moyens pour la mise en œuvre de cette vision consensuelle. Cela devra être fait sur la base du dialogue et de la collaboration avec toutes les parties prenantes. »

Le Ministre de l’Aménagement du Territoire, Félix Kabange Numbi, a rappelé que «la RDC a la dimension d’un sous-continent et se doit de se doter d’une politique d’aménagement du territoire pour répondre aux questions écologiques et aux besoins de la population. Le gouvernement ne ménagera aucun effort pour faire sien les objectifs arrêtés par les présents travaux.»

Le PNUD et le Ministère en charge de l’Aménagement du Territoire ont forgé un partenariat solide pour la mise en œuvre du programme de réforme de l’Aménagement du Territoire.

Il s’agira de forger des perspectives plus prometteuses en termes de dividendes de développement pour les hommes et femmes ainsi que pour leurs communautés.

L'aménagement du territoire est une des réformes les plus attendues et une étape décisive dans le développement du pays. Cette réforme viendra nourrir d'autres processus critiques en cours, tel que la mise à jour du Plan Stratégique National de Développement, la mise en œuvre de la décentralisation, l’engagement de la réforme foncière ou encore la mise en place d’une gouvernance améliorée des ressources forestières.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Congo (République démocratique du) 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe