Gouvernance et développement local : mieux répondre aux besoins des populations du Nord Kivu

15 mars 2017

Amélioration des infrastructures de développement local. Ici la construction d'un marché dans la région de Rutshuru. Crédit photo: PNUD RDC / Aude Rossignol / 2016

Le Programme d'Accélération d’une Gouvernance et d’un Développement Local Participatif, Inclusif et Durable dans les zones stabilisées du Nord Kivu (PAGDL) a été réaménagé conformément aux besoins des populations. Ce programme n’interviendra désormais que dans les 3 chefferies de Bashali, Bwisha et Watalinga. Autre nouveauté, le programme des volontaires des Nations Unies (VNU) qui devient partenaire du programme.

Financé pour un montant total de plus 1.150.564 USD sur une durée de 3 ans (2017-2019), le PAGDL a été lancé par le PNUD, l’UNCDF et la MONUSCO-Affaires civiles. Sa mise en œuvre s’inscrit dans le cadre du Plan de stabilisation ISSSS (International Security and Stabilization Support Strategy), pour l’Est de la RDC sur les trois niveaux territoriaux - national, provincial et local.

Durant le comité local d’examen du projet (CLEP) qui s’est tenu le mercredi 8 mars 2017 au Gouvernorat de province du Nord-Kivu à Goma, il était question d’approuver les réaménagements introduits dans le document de projet, tels que proposé par la mission conjointe PNUD-UNCDF-MONUSCO en mars 2016.

Cette mission technique s’est rendue dans les 3 entités territoriales décentralisées du projet pilote (PIP) au Nord-Kivu pour envisage l’adaptation du projet au contexte opérationnel actuel en s’appuyant sur la stratégie de stabilisation (I4S). Des échanges avec les bénéficiaires clés ont permis de mieux positionner le projet et de tirer des leçons opérationnelles du PIP. Présidant la réunion au nom du Gouverneur de Province, le Dr. Valérien Mbalutwirandi, Ministre Provincial de l'Administration du Territoire a déclaré que « cette approche consultative a permis de toucher les vrais problèmes des populations. Le gouvernement provincial ne peut qu’appuyer les initiatives innovantes qui accompagnent les communautés dans le processus de création de conditions favorables à la paix et le développement ». Il a également ajouté que cette initiative emboite le pas de l’ancien projet d’appui à la décentralisation et au développement local « PADDL » dont le Gouvernement provincial garde des bons souvenirs.

Le plan d’initiation qui s’est terminé en décembre 2015 dans les entités territoriales décentralisées de Bashali, Bwisha et de Watalinga a permis de développer une méthodologie opérationnelle innovante pour adresser les racines des conflits. L’investissement sera utilisé pour assurer une collecte, une gestion et une allocation des ressources financières et fiscales.

Implication des volontaires des Nations Unies

Quant à l’intervention du programme des volontaires des Nations Unies dans le projet, elle va essentiellement porter sur le renforcement du rôle de la société civile, en particulier des groupes de jeunes et de femmes, dans la participation citoyenne et la gouvernance locale en tant que vecteurs de stabilisation et développement. Le programme VNU compte recruter 2 jeunes volontaires ONU nationaux et 1 volontaire ONU international qui seront sur le terrain et basés dans les 3 entités territoriales décentralisées (ETD) ciblées par le projet.

L’objectif du programme est de contribuer à l’effectivité de la cohésion sociale dans les zones stabilisées du Nord Kivu afin de participer à la paix et d’asseoir les bases d’un développement durable. Il vise également à l’effectivité de la décentralisation, à améliorer la gouvernance locale et l’accès à des services publics de qualité dans ses zones d’interventions. C’est ainsi qu'Evelyne Bamba, chef du bureau PNUD à Goma a déclaré que « la mise en œuvre de ce projet permettra d’appuyer le niveau local dans son engagement dans l’analyse participative des conflits. Car il s’agit de les cibler, de procéder à leur analyse et ensuite, identifier des investissements structurants pour créer les conditions favorables pour la paix et amorcer le processus de développement ».

Durant les échanges, le comité a formulé des commentaires et observations constructives qui ont permis d’enrichir le document du projet. À l’issue, le comité local a procédé à l’approbation des amendements du projet ainsi qu’à la validation de son plan de travail annuel 2017.

 

Fatou Tandiang

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Congo (République démocratique du) 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe