L’école de police de Mugunga a diplômé des officiers de police judiciaire spécialisés dans la lutte contre les violences sexuelles

18 févr. 2015

Brightcove service is not available

Au Sud-Kivu, les officiers de la police judiciaire spécialement formés pour lutter contre les violences sexuelles à Mugunga sont en immersion à Bukavu où ils travaillent avec le commandement provincial de la Police spéciale de Protection de l’Enfant et de la Femme (PSPEF). "Ils collectent des données, mènent des enquêtes préliminaires et préparent des dossiers à transmettre à la Justice" précise le major Bodeli Dombi, commandant de la PSPEF au Sud-Kivu.  "Tous les éléments formés à Mungunga sont affectés aux unités de la PSPEF du Sud-Kivu. Ils seront dotés de motos et matériels de bureaux fournis par le PNUD avant de rejoindre leurs postes d’attache", poursuit-il.

En effet, 59 officiers de police judiciaires (OPJ) dont 7 femmes venus du Nord et Sud-Kivu formés spécialement dans la lutte contre les violences sexuelles, à l’école de police de Mugunga au Nord-Kivu sont venus compléter le chaînon manquant de l’arsenal juridique de la lutte contre l’impunité particulièrement à l’Est de la République démocratique du Congo. Sur financement du Gouvernement canadien et du PNUD pour un coût de 120 000 USD, les apprenants recrutés sur concours ont appris de nouvelles approches techniques dans la qualification des infractions liées aux violences sexuelles et basées sur le Genre. "Le PNUD appuie le Gouvernement congolais, dans sa stratégie nationale de lutte contre les violences sexuelles, à travers plusieurs axes d’intervention notamment la lutte contre l’impunité et la restauration de l’État de droit" avait déclaré Priya Gajraj, Directeur Pays du PNUD à l’issue de la formation et lors de la prestation de serment des OPJ.

Cette formation est un des volets du "Programme Conjoint de Lutte contre l’Impunité, d’Appui aux Victimes de Violences Basées sur le Genre, et d’Autonomisation des Femmes à l’Est de la République démocratique du Congo", financé par le Gouvernement du Canada à hauteur de 18 millions de dollars canadiens sur cinq ans. Il  contribue à la prévention et à la réduction des violences sexuelles et de celles liées au Genre ainsi qu’à l’amélioration de la prise en charge des victimes et survivantes y compris la rééducation des agresseurs.

Unités opérationnelles

Le PNUD est engagé dans ce combat depuis de longues années. Dès 2010, avec l’appui financier des partenaires au développement dont le Canada, la Suède et l’Allemagne, le PNUD a apporté au Gouvernement congolais une assistance technique qui a permis de mettre en place la Police Spéciale de la Protection de l’Enfant et de la Femme spécialisée dans les crimes sexuels. Cette unité documente la multitude de dossiers sur les violences sexuelles en cours. Aujourd’hui, le Nord-Kivu compte 11 unités de la PSPEF, le Sud-Kivu en compte 7 et deux autres unités seront opérationnelles durant cette année tandis que l’Ituri dispose d’une  unité basée à Bunia.

Dans les provinces du Nord et Sud-Kivu ainsi que dans le district de l’Ituri (Province Orientale), le PNUD a démarré, un vaste programme d’accès à la Justice en RDC. Ce programme vise à restaurer la confiance envers le système judiciaire, en fournissant aux victimes de violences sexuelles un meilleur accès à la Justice, à la sûreté et à la sécurité, en apprenant à la police comment mener des enquêtes et à la magistrature comment poursuivre les responsables présumés tout en sensibilisant les populations sur leurs droits, et en documentant les nombreux crimes commis.

À Goma, la PSPEF est très bien appréciée par la population. Un homme rencontré par hasard à la sortie du bureau de cette unité spécialisée de la police nationale congolaise témoigne : "La PSPEF est efficace. Chacun sait que si elle t‘attrape la main dans le sac, tu finis tes jours à la prison centrale de Munzenze".

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Congo (République démocratique du) 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe