Grâce au recyclage du papier et du carton, le PNUD aide à la protection de l’environnement

04 juin 2014

image

Le programme « Greening the Blue » du PNUD-RDC vise à lutter contre les émissions de carbone et à réduire la pollution de l’environnement, notamment via le recyclage du papier et du carton utilisés dans ses bureaux. En agissant de la sorte, les staffs du PNUD sont sensibilisés à la lutte contre la pollution et ils participent à l’assainissement de la ville de Kinshasa. Reportage à l’usine de recyclage…
 
À l’entrée de l’usine de recyclage « All Packs », des femmes et hommes, poussant des charrettes remplies à rabord,  se précipitent pour entrer avec leurs ballots de carton. En dépit de la bousculade tout le monde sera reçu car la demande est grande.  Aissatou, mère de 5 enfants, témoigne : « Je ramasse les déchets recyclables que je viens vendre à l’usine. Il m’arrive d’acheter des déchets auprès d’autres personnes que je revends ici. C’est mon gagne-pain qui me permet de prendre en charge ma famille. Je participe à l’assainissement de la ville. Le travail nous fait vivre mais il faut s’armer de courage pour ramasser les cartons dans la ville parfois sous un soleil ardent ! ».
 
Le Programme des Nations Unies pour le développement en RDC est engagé dans le programme « Greening The Blue » qui met en place des stratégies pour réduire l’impact environnemental des activités des Agences des Nations Unies. Ce programme a permis de prendre des actions pour réduire des émissions de Global Energy Services (GES) des bureaux.
 
Dans le cadre de ce programme, le PNUD RDC a équipé ses locaux de déchiqueteuses manuelles. La déchiqueteuse rend illisibles les documents papier ainsi broyés. D’autre part, le processus déchiqueteuse-recyclage du papier participe à la protection de l’environnement et tâche de limiter la pollution de la terre.  
 
Les déchets des déchiqueteuses du PNUD sont emballés dans de grands sacs et enlevés sur place par l’entreprise  « All Paks » installée à Kinshasa Kingabwa sur la route des Brasseries dans la commune de Limete. L’usine est spécialisée dans le recyclage du papier et du carton. Nazim Karmali, gère l’usine depuis plus de 3 ans. «  Je voyage pour apprendre  à moderniser l’usine car nous travaillons avec les moyens du bord. Nous recyclons du papier et du carton. Notre matière première n'est pas recyclable indéfiniment car la qualité de la fibre de bois diminue à chaque traitement. Il ne peut être réutilisé qu’entre 2 à 5 fois », déclare-t-il.
 
Qui aurait cru que de vieux papiers et cartons pouvaient avoir plusieurs vies ? Nazim Karmali poursuit : «Le recyclage des déchets offre d'importants avantages en termes économiques et sociaux  car le tri permet de réaliser des économies d’énergie considérables, de préserver des ressources naturelles et de réduire la pollution. Nous participons  indirectement à l’assainissement de la ville de Kinshasa en recyclant certains déchets ».
 
Le tri à l’usine

L’usine « All packs » s’approvisionne en matière première sur le marché local auprès des revendeurs qui sont des femmes pour la plupart mais aussi auprès des institutions, notamment le PNUD, des ambassades, des imprimeries et des administrations. Elle traite mensuellement 300 tonnes de papier carton soit 10 à 15 tonnes par jour. Elle importe l’autre partie de sa matière première, soit 60 à 70 tonnes par mois, d’Afrique du Sud et de l’Europe. L’idéal serait donc que toutes les administrations, Agences des Nations Unies, ONG et autres bureaux recyclent leurs vieux papiers et cartons de la sorte plutôt que de les incinérer ce qui est beaucoup trop dommageable pour l’environnement. Et puis, il est possible d’assister au processus de tri et de recyclage, ce qui importe pour les administrations qui veulent s’assurer que la destruction de leurs documents s’opère en toute confidentialité.
 
À l’usine, les ballots apportés par les fournisseurs sont pesés et stockés. Un premier tri visuel est effectué pour enlever les objets indésirables comme les agrafes et  les fils en plastique. Le papier trié est ensuite malaxé  dans de grandes cuves pour obtenir une pâte brunâtre qui est égouttée, pressée et séchée.  Après le séchage, le produit semi-fini obtenu se présente sous forme d’immenses rouleaux de papier brun qui seront ensuite  transformés  principalement en grandes boîtes en carton (double, triple épaisseur)  et en alvéoles communément appelées plateaux d’œufs sur le marché kinois. L’usine « All Paks » produit 400 000 plateaux d’œufs par mois et un tonnage réduit de papier toilette rose.
 
Nazim Karmali répète qu’il est obligé d’importer  du papier non recyclé car  l’offre sur le marché local est trop faible. « Nous rencontrons quelques difficultés car nous ne recevons pas assez de matière première  par manque de suivi cela nous pousse à importer des papiers non recyclés » dit-il.
 
C’est pour cette raison qu’il est important d’augmenter la quantité de papier recyclé et de carton ramassés partout dans la capitale pour éviter de devoir importer de la matière première.
 
Nous devons  prendre conscience et faire prendre conscience à chacun et chacune de l'importance de protéger l'environnement. En effet, protéger l'environnement, c'est protéger l'humanité et permettre qu'elle survive. Nous ne vivons pas seuls et isolés. Nous sommes totalement dépendants de l’environnement dans lequel nous vivons. Vivre dans des villes, entourées de technologies nous le fait souvent oublier. Mais si nous détériorons notre environnement, celui-ci nous rappellera vite notre dépendance à son égard.
 
Pour assurer la survie et donc l'avenir de l'humanité, il est indispensable de protéger l'environnement aujourd'hui.

Carine Nkiadiasivi