On a regardé la Coupe du Monde avec les jeunes de Luhonga

des enfants regardent la télévision
Les enfants de Luhonga peuvent suivre leur première coupe du monde de football à la télévision. Crédit: benoit Almeras / PNUD, 2014.

Pour les populations rurales de la République démocratique du Congo, suivre l’édition 2014 de la coupe du monde de la FIFA est très souvent une gageure, à cause du manque de moyens et de l’insécurité latente dans certaines provinces.

A Luhonga, au Nord Kivu, le Programme des Nations Unies pour le développement a assisté le comité local des jeunes pour installer un « cinéma » qui permet à la communauté de regarder l’ensemble des rencontres du Mondial brésilien.

« OOOOOOOOOOOH ! » une clameur et des applaudissements viennent saluer le but d’Angel Di Maria qui qualifie l’Argentine pour les quarts de la coupe du monde de la FIFA de 2014 aux dépens de la Suisse. Certains vont même jusqu’à esquisser quelques pas de danse devant l’écran de télévision qui leur a permis de suivre le match jusqu’à la toute fin des prolongations.

Bien qu’elle n’ait pas été passionnante, une quarantaine de jeunes de la localité de Luhonga se sont tout de même massés sur des bancs de bois pour suivre la rencontre de bout en bout. Le match terminé, tout le monde partage son pronostic... et les fans de Lionel Messi sont convaincus que la sélection ‘albiceleste’ remportera le trophée.

A retenir

  • Les activités du projet (dont le cinéma) sont financées grâce à un apport de 1.5 millions de dollars du gouvernement du Royaume des Pays-Bas.
  • 200 emplois non-agricoles seront créés dans le cadre du projet.
  • Des infrastructures communautaires seront construites et bénéficieront à 1000 habitants de Luhonga.

Pour beaucoup, il est déjà l’heure de rejoindre sa maison… et seule une quinzaine de courageux ose encore braver le froid et la fatigue pour assister à la seconde rencontre de la soirée qui opposera l’équipe de Belgique à celle des Etats-Unis d’Amérique.

Parmi eux, Balume Ajuwamungu, 19 ans, suit sa première coupe du monde à la télévision.

« En 2010, on n’a pas pu voir les matches qui se passaient en Afrique du Sud – j’étais trop jeune, mes parents ne voulaient pas que je descende à Saké parce que la route n’était pas sûre. »

« En plus, il fallait prendre un transport pour 500 francs congolais [environ 0.5 dollars américains] et payer le droit d’entrée pour les matches pour 300 francs congolais. Ici, c’est seulement 100 francs. C’est vraiment bien d’avoir amené un écran ici ! »

Ce ‘cinéma’ a été installé avec l’assistance du Programme des Nations Unies pour le développement dans le cadre d’un projet conjoint mené avec UN-Habitat et la FAO.

Il fait partie des activités prioritaires identifiées par les jeunes de Luhonga pour pouvoir améliorer leurs conditions de vie. Cyril Nzaviyo Nsengiyumva, membre du comité local de la jeunesse, explique ce qui a poussé cette demande :

« On aime tous le football et on voulait suivre la Coupe du Monde comme si on était au Brésil – mais on voulait aussi permettre aux jeunes de voir des films et d’avoir accès à l’information pour qu’ils puissent voir les évènements du monde, comme le défilé du 30 juin [anniversaire de l'indépendance de la République démocratique du Congo] par exemple. »

« En plus du divertissement et de l’information, on a pensé que le cinéma pouvait nous permettre de gagner un peu d’argent et de créer des emplois. »

Cette initiative a notamment bénéficié du soutien du Royaume des Pays-Bas qui finance le projet conjoint à hauteur de 1,5 millions de dollars américains. Cela n’a pas échappé à Cyril qui déclare malicieusement:

«  Pour cette coupe du monde, je soutiens l’équipe des Pays-Bas… j’adore l’attaquant Robin Van Persie, qui jouait auparavant à Arsenal, mon club préféré ! J’espère qu’ils vont aller loin dans cette coupe du monde… »

A court-terme, le projet permettra de créer 200 emplois en dehors du secteur agricole (dont la moitié seront occupés par des femmes) ; en outre, le cinéma sera bientôt hébergé dans des infrastructures communautaires qui bénéficieront à plus de 1000 habitants de Luhonga.

A écouter - l'interview de Cyril Nzaviyo, responsable du cinéma de Luhonga:

- - -

Le projet de Sécurisation Foncière Intégrée s’inscrit dans le cadre de la Stratégie Internationale de Soutien à la Sécurité et la Stabilité (ISSSS) qui appuie la réalisation du programme gouvernemental de Stabilisation et de Reconstruction des zones sorties des conflits à l’Est de la République démocratique du Congo (STAREC).

Plus de photos du projet de "Sécurisation foncière intégrée"
  • UNDP-CD-Projet-SFI-Lohanga-17
  • UNDP-CD-Projet-SFI-Lohanga-16
  • UNDP-CD-Projet-SFI-Lohanga-15
  • UNDP-CD-Projet-SFI-Lohanga-12
  • UNDP-CD-Projet-SFI-Lohanga-9
  • UNDP-CD-Projet-SFI-Lohanga-8
  • UNDP-CD-Projet-SFI-Lohanga-6
  • UNDP-CD-Projet-SFI-Lohanga-4
  • UNDP-CD-Projet-SFI-Lohanga-3
  • UNDP-CD-Projet-SFI-Lohanga-2
  • UNDP-CD-Projet-SFI-Lohanga-1
  • UNHabitat-CD-SFI-Adultes-201312-4

Voir plus surFlickr

Présentation du projet de "Sécurisation Foncière intégrée"

L'Est de la RD Congo est encore fragilisé par une multitude de conflits fonciers dont les causes sont variées. La dimension historique marquée par les migrations frontalières, les mouvements des populations à l'intérieur et en dehors des provinces, la pression démographique face au rétrécissement des surfaces cultivables, la dimension communautaire et ethnique, la faiblesse de l'administration foncière, sont autant de facteurs concourant à l'émergence de conflits fonciers. Entre octobre 2009 et décembre 2011, plus de 1839 conflits fonciers ont été identifiés dans les territoires de Masisi et Rutshuru dans la province du Nord-Kivu, et plus de 1754 conflits fonciers dans les territoires de Djugu et Mahagi en Ituri. Une analyse des conflits révèle que 80 % des conflits identifiés dans les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu ainsi que dans le district de l'Ituri (Province Orientale) sont liées aux questions foncières.


En savoir +
Publications
thumbnail
Pauvreté et conditions de vie des ménages, Province du Nord-Kivu

Les conditions de vie des ménages au Nord-Kivu sont assez mauvaises avec la pauvreté qui touche sept ménages sur dix. Le taux de chômage est plus élevé que la moyenne nationale. La majorité de la population travaille dans le secteur informel et particulièrement dans l’agriculture mais les revenus, qu’elle en tire, sont insignifiants.

thumbnail
Pauvreté et conditions de vie des ménages, Province du Sud-Kivu

En ce qui concerne le Sud Kivu, on peut retenir que les conditions de vie des ménages y sont très mauvaises avec la pauvreté qui touche plus de huit ménages sur dix et un taux de chômage urbain plus élevé que la moyenne nationale. La majorité de la population travaille dans le secteur informel et particulièrement dans l’agriculture mais les revenus qu’elle en tire sont insignifiants.

thumbnail
Pauvreté et conditions de vie des ménages, Province de l'Equateur

Pour l’Equateur, il ressort des statistiques que c’est la province la plus pauvre de la RDC. Plus de 9 ménages sur dix vivent dans la pauvreté. Cette situation entraine des niveaux élevés de malnutrition et de mortalité infantile. Les indicateurs socio-économiques montrent par ailleurs des conditions de vie très précaires.

Voir plus