Proteger la forêt, c'est proteger durablement son mode vie

Une aire protégée en RDC.
Une aire protégée en RDC. Crédit: PNUD-RDC

Au cœur de la province de l’Equateur, le territoire de Bikoro est affecté par la déforestation. Mais la prise de conscience des villageois des dangers que l’exploitation incontrôlée de la forêt fait peser sur leurs modes de vie a permis de ralentir les effets néfastes de la dégradation des terres et de la  biodiversité. Ce projet d’ « Appui à la Restauration de l’Ecosystème Forestier des Villages Besenge et Bokala par la production et la commercialisation des nattes en faveur des paysans » a sensibilisé 2 000 personnes à la protection et à la meilleure gestion des ressources forestières.

Dans les villages de Besenge, Baolongo, Bokala et Elanga-Bobwanza, au bord de la rivière Ikabu et du Lac Tumba, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a mis en place ce projet pour réduire la pression démographique sur les ressources forestières et augmenter les revenus des populations locales - grâce à une utilisation plus efficace des « marantacées », des plantes au cœur des modes de vie des populations du territoire de Bikoro.

« Avant le début de ce Projet, on était des producteurs de charbon de bois, expliquent des bénéficiaires On  abattait des arbres  et on détruisait les forêts. Puis, on a réalisé qu’on détruisait notre propre écosystème en éliminant systématiquement  les arbres tels que le « bohengé, » « bonzolo » grand producteur des chenilles, l’un des aliments de base sur notre territoire. La rareté des chenilles et la disparation de certaines espèces nous a interpellés.  Ce projet nous a permis de comprendre ce phénomène malheureux et nous a  progressivement transformés en producteurs et commerçants  des nattes améliorées. Aujourd’hui, disent-ils fièrement, nous participons à la restauration des écosystèmes de notre communauté et de nos villages ».

Micro entreprises respectueuses de l’environnement

Quelques chiffres

  • 5 micro entreprises appuyées et équipées
  • 3000 nattes améliorées produites et commercialisées
  • 2000 personnes sensibilisées à une meilleure gestion des ressources forestières dont 700 femmes, soit 35% parmi lesquelles 200 pygmées, soit 10%)

Le Projet d’appui à la restauration de l’écosystème forestier des villages Besenge et Bokala concerne l’utilisation des produits forestiers non ligneux (PFNL). Le PFNL le plus concerné est constitué des marantacées  qui « jouent « un rôle social, économique et même culturel dans la vie quotidienne des populations du secteur des Elanga en particulier et de la province de l’Equateur, en général.

Cette ressource est  utilisée comme légume (les jeunes pousses  appelées « beya » chez le Mongo) ; comme emballage (les feuilles pour la cuisson des repas et le conditionnement de certains produits). Parmi les utilisations les plus fréquentes des marantacées, le tressage a aussi été retenu par les communautés pour réduire les effets de la déforestation.

Sur base d’une approche ADM (Analyse et Développement de Marché), les marantacées se sont révélées très abondantes dans les sites du projet : non seulement, elles fertilisent le sol et sont facilement commercialisables ; mais encore, elles constituent une source de revenus pour les ménages, contribuent à l’épanouissement social des villages, et à l’intégration intra-communautaire dès  lors que la technique du nattage est partagée et maîtrisée. Pas étonnant donc que parmi tous les PFNL, les marantacées  soient considérées comme un produit  phare !

Dans les différents villages ciblés, le PNUD a ainsi appuyé la mise en place de cinq micro-entreprises spécialisées dans la production de nattes tressées à partir des tiges des marantacées – et près de 3 000 nattes ont été produites par ces micro-entreprises. Les activités conduites pour protéger la forêt ont également visé au renforcement des capacités des 105 membres des 5 micros entreprises paysannes via l’ASJT  (Association des Amis de Saint Joseph Travailleur).

Pour Bilepo Mpanga, une femme pygmée qui dirige la micro entreprise de tressage de Baolongo, « les nattes ont permis d’augmenter les revenus de mon ménage ». Mais elle retient surtout que la micro entreprise a facilité son acceptation par les autres et qu’elle a encouragé la protection de l’environnement. « Je dirige une entreprise qui mélange les hommes et les femmes et les Pygmées et les Bantous, mais je suis acceptée comme telle. Pour moi la micro entreprise m’a rapprochée des valeurs de mes aînés – nous respectons davantage la forêt. »

Participation de chacun et chacune

Les églises et les hangars ont abrité les activités de sensibilisation au profit de 2000 personnes. Le « porte à porte » a aussi joué un rôle non négligeable sur les thèmes suivants : l’’importance des marantacées et autres PFNL ; l’importance de l’écosystème et l’utilisation rationnelle de la forêt ; l’introduction de la nouvelle technique de la coupe et la rotation des forêts pour l’exploitation de la ressource.

Ce projet a également permis l’encadrement des filles mères et femmes paysannes vulnérables. Autre constat très encourageant : l’adhésion volontaire de la population paysanne aux organisations associatives lorsque leurs intérêts socioéconomiques sont garantis : en effet, elles acceptent de se conformer aux règles et procédures locales de protection de ressources naturelle si elles  y trouvent leur compte.

Enfin, les bénéficiaires ont compris que la destruction est facile mais sans avenir.  La restauration de la biodiversité ne sera effective que si tous les villageois et les villageoises y participent  sans distinction de sexe, d’âge, d’ethnie, ni d’origine sociale, et surtout avec l’appui du Gouvernement et des partenaires du développement.

-----------

[1] Les PFNL d'origine végétale sont des produits d’origine biologique autre que le bois tels que le fourrage ; la matière première pour la préparation de médicaments et de produits aromatiques ; ou pour la préparation de colorants et de teintures ; pour la fabrication d’ustensiles, d’objets d’artisanat et pour la construction ; plantes ornementales et autres produits végétaux.

Publications
Rapport National Energie durable pour tous à l'horizon 2030

Cette Initiative mondiale vise à mobiliser l'action des gouvernements, du secteur privé et de la société civile autour de trois objectifs à atteindre d’ici à 2030, à savoir : 1. Assurer l'accès universel aux services énergétiques modernes ; 2. Doubler le taux global de l'amélioration de l'efficacité énergétique ; et 3. ...

RAPPORT NATIONAL SYNTHESE SUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

Depuis 3 ans, RDC s’est considérablement mobilisée dans le cadre du processus de préparation à la REDD+ et fait actuellement figure de pionnier et leader en Afrique. « Protéger l’environnement et lutter contre les changements climatiques » constitue dès lors un des quatre piliers de la Stratégie de Croissance et de Réduction de la pauvreté...

Liens entre environnement, changement climatique et pauvreté en RDC

Cette note a pour objet de présenter les liens entre l’environnement, le changement climatique et la pauvreté dans le contexte de la République Démocratique du Congo. La première section sera consacrée aux liens entre environnement (de manière large) et pauvreté. Ainsi, elle indiquera comment et dans quelles conditions l’environnement peut influencer la pauvreté et comment à son tour, la pauvreté peut agir sur l’environnement...

Voir plus