Lutte contre l’impunité, appui aux victimes des violences basées sur le genre et d’autonomisation des femmes à l’Est de la RDC

Contexte

UNDP-CD-photo-IRF Mambasa-2016-Aude-Rossignol (5 sur 304)

De manière générale, la République démocratique du Congo enregistre, grâce aux efforts conjugués de plusieurs partenaires et du Gouvernement, des avancées dans la lutte contre les violences sexuelles et basées sur le genre. Grâce au financement du Ministère des Affaires Mondiales Canada, le programme conjoint holistique dénommé « Programme de lutte contre l’impunité, d’appui aux victimes de violences et basées sur le Genre et d’autonomisation des femmes à l’est de la RDC » est une des contributions des Nations Unies à relever ce défi.  

Ce programme mis en œuvre dans cinq provinces : Nord Kivu et Sud-Kivu, l’Ituri, Bandundu et Kinshasa se distingue par son approche holistique dans ses interventions, mais également par l’implication active du Gouvernement à travers les ministères  nationaux et provinciaux et ses services techniques.

Quelques résultats atteints en 2016

UNDP-CD-MAECD-2016-Aude Rossignol

- Sur un total de 5795 victimes de violences sexuelles et basées sur le genre prises en charge sur les plans médical et psychosocial (soit 115,94% par rapport à la cible annuelle), 1755 cas ont été accompagnés en justice parmi lesquels 783 jugements prononcés (79,6% de jugements de condamnation et 20,4% de jugements d’acquittement).

- En termes de réinsertion, 1729 bénéficiaires majeurs (1560 femmes et 169 hommes) et 665 mineurs (635 filles et 30 garçons) ont été réinsérés respectivement sur les plans socio-économiques et scolaires. 

- 1755 cas de VSBG (H : 12 et F : 1743) ont été portés en justice par toutes voies de saisine en 2016 parmi lesquels 783 décisions judiciaires rendues; contre 594 cas de VSBG en 2015 dont 242 ont fait l’objet de décisions judiciaires.  Cette performance annuelle dans la lutte contre l’impunité a été obtenue grâce notamment à l’organisation des enquêtes judiciaires et audiences foraines appuyées par le programme. Cela a eu un impact positif sur le taux cumulatif de rendement judiciaire qui est passé de 20% (soit 614) en 2015 à 46,56% (1397) en 2016.

- la couverture géographique des cliniques juridiques: le nombre est passé de 14 en 2015 à 17 en 2016. Ces cliniques juridiques appuyées par le PNUD et le BCNUDH ont accueilli 10.091 personnes (dont 58,55 % des femmes) pour besoin d’information et d’orientation juridique dans les trois provinces de mise en œuvre.  Les cliniques juridiques ont référé en justice 1263 victimes de SGBV dont 94% des femmes. 

- six Cellules spéciales de lutte contre les violences sexuelles des Parquets de Grande Instance et 16 unités de la police (EPEVS) ont été appuyées pour mener les enquêtes judiciaires et les inspections régulières des maisons de détention. Au total, 5 enquêtes judiciaires ont été réalisées et environs 50 inspections régulières. En outre, en vue de rapprocher les justiciables de l’administration de la justice, le PNUD et le BCNUDH ont appuyé l’organisation de neuf audiences foraines (4 au N-K, 4 en Ituri et 1 au S-K) au cours desquelles 783 décisions judiciaires ont été rendues (79,60% de jugement de condamnation et 20,40% de jugement d’acquittement).  

- Grâce à l’appui du projet, toutes les structures médicales ciblées (22) ont été approvisionnées en médicaments essentiels dont les kits de traitement post viol et quelques matériels médicaux pour assurer une prise en charge médicale et psychosociale de qualité aux victimes de violences sexuelles et basées sur le genre. Ainsi, 5797 survivant(e)s de VSBG (dont 5695 femmes et 102 hommes) ont été pris en charge sur une cible initiale de 5000

- 5797 survivant(e)s des VSBG parmi lesquels 5695 femmes et 102 hommes ont eu accès à la prise en charge médicale et psychosociale à travers les formations sanitaires (FOSA) appuyées.                                                  

  

Financement et exécution du projet



Le Gouvernement du Canada finance le projet à hauteur de 18 millions de dollars canadien. 

Durée du projet: 2013 - 2018

Partenaires de mise en oeuvre: UNDP, UNFPA, UNESCO, BCNUDH, Programme VNU

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Congo (République démocratique du) 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe