6 Réduire la mortalité infantile

Où en sommes-nous ?

  Une infirmière et une patiente dans une maternité à Goma au Nord-Kivu
Une infirmière et une patiente dans une maternité à Goma (Nord-Kivu). Photo: PNUD

Cible pas encore atteinte mais des progrès substantiels en cours

Le niveau de la mortalité des enfants est préoccupant en RDC même si une amélioration sensible se constate. Les statistiques issues des grandes enquêtes menées sur toute l’étendue du pays montrent que la mortalité infantile est passée de 148 pour 1000 en 1995 à 126 pour 1000 en 2001. Les résultats de l’Enquête MICS4 confirment cette baisse. En effet, elle évalue à 97 pour 1000 le taux de mortalité infantile en 2010. Si la probabilité de mourir avant l’âge d’une année est élevée, elle l’est encore davantage par rapport au cinquième anniversaire. Evalué à 220 pour 1000 en 1995, soit un enfant sur cinq, ce quotient se situe à 158 pour 1000 d’après les résultats de MICS4. Ce niveau de mortalité place la RDC dans la catégorie des pays à forte mortalité infantile. Ainsi, il apparaît peu probable que l’on atteigne l’objectif 4 en 2015.

Concernant la vaccination des enfants, le niveau de vaccination contre tous les antigènes reste faible en RDC. Moins d’un enfant sur deux reçoit l’ensemble des vaccins contre toutes les maladies cibles du Programme Elargi de Vaccination (PEV). Malgré l’amélioration constatée entre 2001 et 2010 (de 23 à 48%), le niveau est loin de la barre de 80% visée par le PEV.

Proportion d'enfants de 12 à 23 mois ayant reçu tous les vaccins (%)

Line Chart

1.35 années
d'ici
à 2015

1990 2015
Cibles
  1. Réduire de deux tiers, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans
    • La mortalité infantile est en baisse, mais pas assez pour atteindre la cible.
    • Raviver les efforts pour lutter contre la pneumonie et la diarrhée, tout en améliorant la nutrition, pourrait sauver des millions d’enfants.
    • Des succès récents dans le contrôle de la rougeole risquent d’être de courte durée si les fonds continuent à manquer.