6 Promouvoir l’égalité des sexes

Où en sommes-nous ?


Les femmes ont un rôle-clé dans l'agriculture. Photo: PNUD

Cible pas encore atteinte mais des progrès substantiels en cours

Malgré les avancées significatives sur le plan juridique notamment la formulation et la mise en œuvre de la Politique Nationale Genre ainsi que la validation du code de la famille révisé selon le genre, la situation de la femme congolaise a connu des progrès très lents et par conséquent son autonomisation est encore faible. En effet, la proportion de femmes travaillant dans le secteur non agricole est à peine de 34 %( EDS-2007) et celle de femmes à l’Assemblée Nationale et au Sénat est respectivement de 8,4% et 4,6%, très loin de la parité (50 %) telle que prescrite par la Constitution. Dans ce contexte, l’atteinte de l’objectif 3 semble difficile. Cette situation est entre autres la conséquence de l’inégalité dans l’accès à l’éducation et des charges domestiques qui pèsent sur elles

Néanmoins, l’analyse des tendances du rapport filles/garçons dans l’enseignement primaire et secondaire depuis 1960 révèle en général une amélioration de la situation tant au niveau de l’enseignement primaire qu’au niveau secondaire. En effet, même si pour l’ensemble de la période l’effectif des filles est toujours inférieur à celui des garçons, on note cependant au fil du temps une réduction des écarts beaucoup plus marquée au niveau primaire que dans le secondaire. Pour l’ensemble du pays par exemple, on observe que près de 9 filles pour 10 garçons étaient inscrites à l’école primaire et cette proportion est tombée à un peu plus de 8 filles pour 10 garçons au niveau de l’enseignement secondaire alors qu’au niveau de l’enseignement supérieur, ce rapport est d’un peu plus de 5 filles pour 10 garçons.

Rapport fille/garçon dans l'enseignement primaire (100 = parité)

Line Chart

1.43 années
d'ici
à 2015

1990 2015
Cibles
  1. Éliminer les disparités entre les sexes dans les enseignements primaire et secondaire d’ici à 2005, si possible, et à tous les niveaux de l’enseignement en 2015 au plus tard
    • Dans certaines régions, le droit à l’éducation reste hors de portée.
    • La pauvreté est un obstacle majeur à l’éducation, surtout parmi les fi lles plus âgées.
    • Dans toutes les régions en développement, CEI exceptée, les hommes sont plus nombreux que les femmes à avoir un emploi rémunéré.
    • Les femmes sont largement reléguées dans des formes d’emploi plus précaires.
    • Les femmes sont surreprésentées dans le secteur informel, avec son absence de sécurité et d’avantages sociaux.
    • Les emplois de haut niveau sont encore majoritairement réservés aux hommes.