6 Assurer l’éducation primaire pour tous

Où en sommes-nous ?

Un enfant et son professeur
Un enfant apprend les mathématiques à Kinshasa. Crédit: Gwenn Dubourthoumieu, PNUD, 2011.

Cible pas encore atteinte mais des progrès substantiels en cours

L’évolution des taux de scolarisation pour l’ensemble du pays montre dans un premier temps une baisse de la scolarisation entre 1995 et 2001 à cause des perturbations dues aux conflits armés pendant cette période. Après 2001, on assiste à une tendance à la hausse de la scolarisation jusqu’en 2010. Si la baisse des taux entre 1995 et 2001 se caractérise généralement par une réduction de l’écart entre les garçons et les filles (de 6% en 1995 à 4% en 2001), par contre l’augmentation des taux de 2001 à 2008 s’accompagne d’un accroissement de l’écart entre les sexes (plus de 7% en 2007). Les disparités entre les sexes persistent étant donné que la scolarisation des filles au niveau primaire progresse plus lentement que celle des garçons. La déperdition scolaire est également très élevée en RDC contribuant de ce fait, à l’inefficacité du système scolaire.


De manière générale en RDC, la proportion des femmes alphabétisées est inférieure (58,8 %) à celle des hommes (85,8 %) (EDS, 2007). La différence est plus accentuée en milieu rural où les écarts entre les deux sexes varient entre 20 et 30 %. Par contre en milieu urbain, la différence est comprise entre 10 et 15%. L’analyse de l’évolution de l’alphabétisation montre une tendance générale à une amélioration du niveau d’alphabétisation pour les deux sexes. Toutefois, beaucoup d’efforts restent à faire pour éliminer les disparités entre les sexes et éradiquer l’analphabétisme en RDC.

Taux net de scolarisation à l'école primaire (6 - 11 ans)

Line Chart

1.33 années
d'ici
à 2015

1990 2015
Cibles
  1. D’ici à 2015, donner à tous les enfants, garçons et filles, partout dans le monde, les moyens d’achever un cycle complet d’études primaires
    • L’espoir pour une éducation universelle d’ici 2015 diminue, malgré le fait que beaucoup de pays pauvres font des progrès énormes.
    • L’Afrique subsaharienne et l’Asie du Sud abritent la grande majorité des enfants non scolarisés.
    • Les inégalités freinent les avancées vers l’éducation universelle.